LES FEUX DE LA RAMPE - Page 5

  • EDITION SPECIALE - JULIETTE & LIONEL - (CAFE THEATRE LE JARDIN DE MA SOEUR )

    Amis de l'émision/blog "Les Feux de la Rampe  , bienvenue sur le blog

    J'ai vu un excellent concert hier soir au Jardin de ma Soeur, qui se reproduira ce soir à 21 h.

    Je vous conseille vivement de vous y rendre...

     

    Grande Ourse-Yvonnic Coomans de Brachène.jpg

     JULIETTE ET LIONEL

    Et si la force et le courage d’aujourd’hui,
    au fond… c’était la tendresse...
    Les griffes plantées dans le sol,
    Grande Ourse propose une chanson française
    aussi souriante qu’élégante avec juste
    ce qu’il faut d’impertinence.
    Depuis 2015, Juliette et Lionel écrivent
    et chantent les relations humaines,
    les situations douces-amères de l’existence
    et l’engagement poétique. Leurs mélodies
    s’animent au son d’une guitare, d’un accordéon,
    de percussions du monde et de deux voix
    qui se répondent ou se mêlent à l’unisson.

    Grande Ourse s’inspire des univers musicaux
    de Mathieu Boogaerts, Dick Annegarn, Alain Souchon,
    Sages Comme Des Sauvages et Louis-Jean Cormier.
    Ils ont joué en Belgique (de Bruxelles à Liège jusque Chiny)
    et réalisé une tournée au Québec en 2016 (de Montréal à Québec).
    Ils préparent un premier EP pour 2017.

     

    GrandeOurse3.jpg

     Ils sont magnifiques tous les deux , d'une belle complicité amoureuse.

    Lui joue sur sa guitare et interprète de superbes chansons qui sont siennes.

    Elle chante et joue sur plusieurs instruments tel l'accordéon et une série de petits instruments de sa composition.  

    Elle chante non seulement en français, mais aussi en espagnol.

    Deux heures de bonheur !

    Ce soir au Café-Théâtre Le Jardin de ma Soeur.

     

     GrandeOurse1.jpg

     GRANDE OURSE

    JULIETTE ET LIONEL

    A 21 heures

    LE JARDIN DE MA SOEUR

    A l'angle du Quai au Bois à Brûler et de la rue du Grand Hospice - 1000 Bruxelles

    Infos Réservations : 02 / 217 65 82

     

     

    Amis de l'émission/blog  Les Feux de la Rampe ", merci de votre présence.

    Bon week-end à Vous et à tout bientôt !

     

    Roger Simons

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent
  • BIEN!BIEN! BIEN!-JULIE SOMMERVOGEL-(THEATRE POEME 2)+ MATHILDE SEIGNER/FOGIEL

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" , bienvenue à Vous !

    Une pièce pas comme les autres.

    En création collective à partir du texte de Julie Sommervogel.

    Le projet « Bien ! Bien ! Bien !  est une plongée virulente dans nos folies ordinaires...

     

    Julie : L’idée est de travailler avec deux matériaux bruts et brutaux, un texte fraichement malsain issu de l’improvisation d’acteurs chaudement désaxés. Autour de la table de la cuisine, le père, la mère, la fille et le chien Chips. Ils sont votre famille, vos amis, vos voisins ou bien souvent vous même. Et vous êtes bien honteux de vous retrouver en eux. Leur obstination à vouloir maintenir le couvercle de la cocotte minute en souriant est le présage de sérieuses déconvenues... Et pourtant l’explosion salvatrice est certainement le drame le plus désiré. En viendrait-on à jouir du chaos ?

     45 - Copie.jpg

    BIEN ! BIEN ! BIEN !

    Mise en scène : Arthur

    Avec Adrien Desbons, Jessica Fanhan et Julie Sommervogel.

    Eux Quatre :

    Bien.

    Adrien est taré.

    Jess est cinglée

    Julie est folle, ça c’est sûr.

    Artur, ca va. Et vous ?

    Après plusieurs semaines de recherches autour de l’écriture syncopée de Julie, le projet Bien ! Bien ! Bien ! connaît un premier accouchement libérateur lors du Furious Festival au Théâtre de Poche en décembre dernier. Il n’est plus question de faire demi-tour, car il se passe là quelque chose de fervent et salvateur.

     

    25 - Copie.jpg

     DEVELOPPEMENT DU SUJET

    Bien...Bien ...Bien

    On sort de ces 55 minutes de spectacle avec la douce sensation que le monde est peuplé de gros porcs sensibles et drôles.

    Arthur : Bien, bien , c’est le besoin pour l’équipe de poser un acte fort pour montrer qu’on est en vie. C’est l’envie de travailler ensemble parce qu’on était à l’école ensemble et qu’on aimait jouer ensemble. C’est Julie qui avait envie d’écrire, qui pose ses idées farfelues sur une feuille, qui rassemble ses douceurs, ses inspirations et une bonne dose d’obscénité dans un texte malléable et déroutant.

    Julie : Mais Bien! Bien! Bien! c’est avant tout un travail collectif. C’est un travail de recherches, une écriture de plateau. Ca n’existerait pas sans le regard, l’inventivité et l’énergie folle d’Arthur. Ca n’existerait pas sans les propositions dingues d’Adrien. Ca n’existerait pas sans la confiance et la présence incroyable de Jessica. Bref, Bien! Bien! Bien! c’est nous quatre...

     8 - Copie.jpg

     L’historique

    A la base, ce sont des comédiens. Bien Bien Bien s’inscrit dans un processus de création d’écriture de plateau. C’est du jeu. Du sucre pour les acteurs. Les comédiens tiennent les rennes, et le propos et les désirs. Le texte est réécrit au cours des séances de travail. Il se complète, se tord, se réduit, se rallonge au fur et à mesure des répétitions, laissant place à une nouvelle écriture plus proche des acteurs et finalement presque parlée. Le texte s’écrit en même tant que les personnages dialoguent et eux même s’inventent en parlant. Les personnages se dessinent au cours des situations, nourris de nos discussions, de nos improvisations, de nos vies, nos expériences. Puis le metteur en scène orchestre le tout, gère la rythmique, le tempo, sans jamais limiter la créativité et l’inventivité, laissant place à un jeu total, excessif au bord de la maladresse mais aussi à un jeu juste et sensible.

     1 - Copie.jpg

    SYNOPSIS

    La famille, un prétexte.

    Dans Bien ! Bien ! Bien ! chaque séquence est réinventée sur la seule base suivante: Les acteurs fous autour de la nappe à fleurs. Quoi d’autre? Un chien mort dans la boue.

    Un grand couteau dans la galette. et voilà: Habemus Papam.

    L’action s’inscrit dans un cadre social classique et tyrannique: Le père, la mère, la fille (et le chien, Chipsy).

    Julie : La table est dressée en famille dans la fierté et la présomption d’être une famille simple, moderne et modèle. Et la famille est en représentation. Sociale et publique. Il faudra se montrer bien bien bien sous tout rapport, avoir l’air d’une famille formidable, coûte que coûte!

    Jessica :Mais les phobies, les tourments, les mensonges, et surtout, surtout le fait d’être vu, fait vite tourner les têtes de cette famille. Une famille de civils devenus acteurs. Devenus chasseurs. Sourciers assoiffés du drame quotidien qui les fera vivre. Car aujourd’hui (en témoigne toute émission de télé-réalité correctement scénarisée) notre image publique se doit d’être dramatique pour être.

    Arthur: Le drame éclaire, l’obscénité rend célèbre alors que la bonté efface. Cette famille étrange devient la parabole d’une société malade où l’apparence prime sur tout le reste.

    Ici la famille est un prétexte. Une cellule familiale prétexte à l’exploration, Un mini monde, une petite communauté, où l’amour côtoie de près la cruauté (involontaire ou non).

    Adrien: Et baf on recommence! Et baf on continue! Et baf on passe à autre chose!

    Une famille fermée sur elle-même, en rupture avec le monde, une famille handicapée, gangrenée, malade.

    Julie: Dans ce petit laboratoire, toutes les expériences peuvent être faites. Aucune censure. Aucune limite !

    Bien...Bien...Bien tirer une impression... difficile d’en tirée une conclusion.

    C’est dur ! C’est violent ! C’est excessif ! Souvent insupportable ! Avec des moments drôles !

    Le découpage et l’adaptation du texte de Julie sont bien minutés, tout s’enchaîne admirablement bien !.

    C’est très moderne ! Vivant en diable !

    Les trois acteurs sont brillants, déchainés, avec une gestuelle foudroyante et dangereuse.

    La mise en scène est surprenante.

    La gestuelle des trois acteurs est surprenante, risquée. Une véritable chorégraphie !

    L’explosion salvatrice est certainement le drame le plus désiré.

    A chacun sa conception !

     

    GENERIQUE

    BIEN ! BIEN ! BIEN

    Texte : Julie Sommervogel

    Découpage : Poème 2

    Avec Adrien Desbons , Jessica Fanhan et Julie Sommervogel

     

    35 - Copie.jpg

     Mise en scène : Arthur Oudar

    Jusqu’au 09/04/17

    THEATRE POEME 21209

    Rue d’Ecosse 30-1060 Bruxelles

    Infos Réservation : 02 / 538 63 58


     Amis de l’émission/blog «  Les Feux de laRampe », un grand merci pour votre assiduité.

    Notre moment de séparation : Dans quelques jours sur France 3 , le mardi 11/04/17 à 23h35 , l’émission de Marc-Olivier Fogiel LE DIVAN avec l’excellente comédienne Mathilde Seigner.

    A tout bientôt !

    Roger Simons

     

     

     

     

     

    Lien permanent