LES FEUX DE LA RAMPE - Page 5

  • BOTALA MINDELE - (THEATRE DU RIDEAU DE BRUXELLES au THEATRE DE POCHE)

    BOTALA MINDELE - REMI DE VOS - FREDERIC DUSSENNE

    (THEATRE DU RIDEAU DE BRUXELLES/THEATRE DE POCHE)

    CREATION MONDIALE      "REGARDE L'HOMME BLANC"

    rbph_01100_0047lauwers.jpg

    C’est le soir. Il pleut. À Bruxelles ? Non, à Kinshasa. Ruben et Mathilde ont invité Daniel et Corie à dîner. Ruben fait des affaires avec le gouvernement congolais. Daniel a un projet qui concerne le caoutchouc. Il espère que Ruben pourra le mettre en rapport avec le ministre compétent.

    BOTALA MINDELE

    Après Occident, Frédéric Dussenne revient à l’écriture impitoyable de Rémi De Vos qui nous livre un huis clos tropical cauchemardesque sur fond de néocolonialisme en pleine débandade.

    Derrière cette farce aux dialogues cinglants, il y a le désarroi de l'homme blanc face à cette Afrique qui n’a plus besoin de lui, représentée ici par la sensualité électrique des deux jeunes domestiques.

     rbph_01100_0025lauwers.jpg

    BOTALA MINDELE n’est pas une pièce sur le colonialisme mais exprime le désarroi de l’homme blanc face à cette Afrique qui n’a plus besoin de lui. Tout comme dans l'attraction foraine dite "palais des miroirs", l’homme blanc "regarde l’homme blanc", pris à son propre piège.

    Sexisme, mépris de classe, culpabilités enfouies, frustration sexuelle, névrose, impuissance, tout explose en feu d’artifice final face au spectateur qui, hurlant de rire, se demande s’il ne devrait pas pleurer.

    Est-ce bien de lui qu’on parle...?
 

    rbph_01100_0088lauwers.jpg

    Frédéric Dussenne(metteur en scène): METTRE EN SCÈNE L’ÉCRITURE DE RÉMI DE VOS, C’EST D’ABORD METTRE EN SON, DÉBUSQUER LES LAPSUS, QUIPROQUOS, DÉCALAGES, GLISSEMENTS INSENSIBLES DE LA CONVERSATION À L’INSULTE, PRENDRE, COUPER LA PAROLE, CHAUFFER LE DÉBAT. ET FAIRE APPARAÎTRE EN CONTREPOINT LE VIDE...

    Et c'est bien ce qui se passe...le tout à un rythme endiablé!

    Une mise en scène complètement déchaînée.

    Une brillante interprétation des sept acteurs !

    rbph_01100_0120lauwers.jpg

    Frédéric Dussenne  : Est-ce une tranche de vie ? Est-ce socio-politique ? Non. Est-ce un cauchemar hilarant ?

    LE DEBUT : C'est le soir. Rubben attend, l'oeil rivé à la fenêtre. Il épie.

    Mathilde le regarde faire, un peu irritée. Il fait très noir dehors.

    On perçoit soudain la lumière des phares d'une grosse voiture.

    Un petit air de polar lynchée ?

    Frédéric Dussenne : C'est une comédie des apparences, une obsession de paraître. C'est plutôt du côté de Feydeau qu'il faut cherche. De sa cruauté, de la vacuité des vies bourgeoises qu'il dépeint. Les nôtres !

    Et... suite sur le plateau ...du " Théâtre de Poche "

    Il s'agit d'ailleurs d'une co-production : RIDEAU DE BRUXELLES /THEATRE DE POCHE.

    Info : Le lieu du Théâtre du Rideau de Bruxelles est toujours en réparation et en modernisation. Le Rideau voyage un peu partout en Belgique pendant les travaux de la rue Goffart)

    L'AUTEUR : REMI DE VOS

    Rémi(dramaturge français) : Je ne cherche pas à faire de la provocation mais je me rends compte que cela dérange parfois. Cependant poser des questions qui dérangent l'ordre et le système de pensée établis n'est-ce pas une des fonctions du théâtre ?

    rbph_01100_0105lauwers.jpg

    LE METTEUR EN SCENE : FREDERIC DUSSENNE

    Frédéric (metteur en scène belge) : Un petit rappel. C'est en 2011 que se créait cette fameuse pièce " Occident" de Rémi de Vos.

    Un coup de coeur pour une écriture puissante et singulière , une langue d'une précision chirurgicale.

    Un portrait occidental sans concession. Un miroir !

    Rémi est venu voir le spectacle et notre amitié" réciproque nous a plongé dans la réalisation d'une deuxième pièce. Ainsi est né " BOTALA MINDELE"

    Cette pièce : Une tranche de vie ? Un documentaire socio -politique ? Non ...Un cauchemar hilarant !

    Cette pièce n'est pas faite sur le colonialisme.

    C'est une pièce où l'homme blanc "regarde l'homme blanc" pris à son propre piège!

    rbph_01100_0017lauwers.jpg

    BOTALA MINDELLE

    Du théâtre ! Du grand théâtre! Du vrai théâtre!

    Une heure trente que l'on vit intensément !

    Sept comédiens bouleversants !

    Ils ont noms : Priscilia Adade (Louise) , Valérie Bauchau (Mathilde), Stéphane Bissot(Corine), Ansou Dieuhou (Dyabanza) , Philippe Jeusette (Ruben) , Benoît Van Dorslaer (Daniel), Jérémie Zagba (Panthère)

    Ceux qui travaillent dans l'ombre : Vincent Bresmal(scénographie), Renaud Ceulemans (lumières), Dimitri Petrovic/Maxime Jennes(video), Geoffrey François(son) ,Quentin Simon( assistanat mise en scène), Romain Delhoux(costumes), Julie Fauchet(Rideau de Bruxelles) et Anouchka Vilain(Théâtre de Poche) , toutes deux attachées de presse.

    rbph_01100_0097lauwers.jpg

    BOTALA MINDELE (REGARDE L'HOMME BLANC)

    Frédéric Dussenne : dramaturgie et mise en scène

    Rémi De Vos : l'auteur

    C'est bien du Rémi de Vos -  du  Frédéric Dussenne !

    Video : Dimitri Petrovic et Maxim Jennes

    Musique originale : Jérémie Zagba

    Regarde l'homme blanc

    BOTALA MINDELE

    Jusqu'au 14.10.17

    THEATRES DU RIDEAU DE BRUXELLES - THEATRE DE POCHE

    Chemin du Gymnase 1A 1000 Bruxelles-  

    rbph_01100_0045lauwers.jpg

    Infos Réservations : 02/649 17 27 ou 02/737 16 04

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" merci de votre intérêt au blog.

    A tout bientôt!

    Roger Simons




     

    Lien permanent
  • BELLES DE NUIT- PEDRO ROMERO (THEATRE DES RICHES-CLAIRES) (republication modifiée)

     Mise en action...



    Quittons les "rues aux putes"  et entrons dans la maison de « Belles de nuit »

     10391368_893935903983179_1200331032392843771_n.jpg

     J’ai passé 90 minutes bien agréables  en  voyant cette pièce jouée par l’excellente et magnifique Stéphanie Van Vyve.

    BELLES DE NUIT

    Une pièce de Pedro Romero, l ‘auteur  et également  l’acteur dans la pièce.

    Une comédie de belle qualité qui nous touche par l’histoire, l’écriture, et l’interprétation vibrante  de Stéphanie Van Vyve.

     

    STEPHANIE VAN VYVE

    1.1-Stéphanie-Van-Vyve-copyr-Patricia-Mathieu-972x300.png

    Je suis sa carrière théâtrale depuis  quelques années, et à chaque fois  je n’ai  que des éloges à lui adresser.

     En fait, je l’ai découverte  dans une pièce de Courteline : « Faire le malin est le propre de tout imbécile » aux côtés de Dominique Rongvaux, en 2009.

     Et d’autres pièces comme  « Cyrano de Bergerac », «  Les Caprices de Marianne », « Il ne faut jurer de rien », « Les Misérables »et plus près «  Des jours trop longs » ...

    Et il y a quelques années , elle faisait l’ouverture du Festival de Spa, avec la pièce  "Belles de nuit "

    Magnifique interprétation dans « BELLES DE NUIT »  qui  confirme son grand talent.

     

    PEDRO ROMERO , L’AUTEUR ET L’ACTEUR

    Son écriture est vivante, parlante, directe.

    Sa pièce est intéressante,  mettant en scène une prostituée dans sa vitrine aux néons fluo.

    SE RENCONTRER POUR CHANGER...

    1524669_893935763983193_2820511083855057327_n.jpg

    Dans sa vitrine aux néons fluo, Rose attend le client.

    Alors qu’elle vient de décommander son rendez-vous de ce soir, elle voit débouler dans son «  salon » Nacho, un clandestin argentin poursuivi par la police.

    QUI EST ROSE ? UNE PROSTITUEE ?

    Une femme qui recueille, soigne, « apaise » les hommes. De chacun, elle garde une trace dans ses carnets méticuleusement tenus et régulièrement consultés par Muriel, sa femme de ménage.. Elle a écrit dernièrement par exemple : «  Paul 52 ans. Pompier.Tatouage de Sphinx sur la fesse gauche ».

    Mais Rose est aussi la femme d’un seul homme – Toni , son mec et son mac – pour qui elle est unique et pourtant partagée.

    Naco quant à lui s’est exilé par amour et, trahi, se retrouve traqué par la police...

     

    11083670_893935703983199_2103898917027542372_n.jpg

    Entre la prostituée au grand cœur et l’homme blessé  une même soif de liberté et d’indépendance, un même désir de rentrer dans la norme..

    Est-il possible de changer de vie après un mauvais départ ?

    PEDRO ROMERO

    Il a écrit ce texte  émouvant, chargé d’espoir  mais non dénué d’humour.  Il le joue  brillamment aux côtés de Stéphanie.

    Tous deux glissent dans la peau de leur personnage avec une vérité criante, sincère, vraie, humaine. Ils sont très touchants tous les deux.

    On  tombe directement en sympathie avec eux, on suit leur aventure avec bonheur.

    Une très bonne pièce !  Une écriture moderne ! Un superbe duo d’acteurs ! Et en plus qu’est-ce qu’elle est belle Stéphanie !

    BELLES DE NUIT /PEDRO ROMERO

     

    Jusqu’au 30/09/17

     10988508_893583200685116_4364146963488874454_n.jpg

     THEATRE RICHES CLAIRES

    Rue  des Riches-Claires 24 -1000  Bruxelles

    Infos Réservations : 02 548 25 80

     event_10833_1.jpg

     POUR SE  SOUVENIR:

     

    Il fut un temps où on ne pouvait pas écrire «  la putain respectueuse »   On se devait d’écrire «  la p.....respectueuse »

    Les temps ont bien changé.

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe",merci pour votre attention , votre curiosité et votre fidélité.

    Notre moment de séparation : Pierre Perret et sa chanson   « La pute au grand  coeur"

    A tout bientôt  !

    Roger Simons

     

     

    Lien permanent
  • CHERCHE L'AMOUR - MYRIAM LEROY(THEATRE DE LA TOISON D'OR) - Republication

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe "bienvenue à l'amour sur toutes ses formes.

    Tout un programme partant sur d’idées amoureuses...

    Après Marc Moulin et Sébastien Ministru , Nathalie Uffner , directrice du Théâtre et metteuse en scène de la pièce , a demandé à une personne qui n’appartient pas au monde du théâtre de s’ y essayer. Elle a choisi cette fois la journaliste de la RTBF, Myriam Leroy, pour son humour caustique et sa plume trempée dans l’acide.

    « CHERCHE L’AMOUR » - MYRIAM LEROY – (THEATRE DE LA TOISON D’OR)

    Ah ! L’amour, c’est un bon sujet !

    Et elle y va drôlement Myriam, la journaliste...

     


    q

     

    LE WEB, SAUVEUR DE L’AMOUR

     

    OK KPT6165.jpg

     

    Myriam Leroy auteure) : « Kevin , 33 ans, super winner , cherche super winneuse ».

    Sophie , 40 ans , cherche type qui dira des atrocités en lui claquant les fesses...

    Et il ne manque pas de le faire et cela se voit parfaitement au T.T.O...

    Myriam : Dans le grand catalogue de l’amour, chacun passe commande espérant être livré....

    Cette pièce explore la rencontre amoureuse à l’heure de Facebook , Tinder et adopteunmec.com. Mais entre ce qu’on cherche et ce qu’on croit chercher on est toujours un peu paumé.

    Sous la plume de Myriam, une brochette de comédiens transformistes endossent une série de profils modernes qui s’entrechoquent et qui finissent, parfois, par s’emboîter et   se claquer les fesses en se disant des choses atroces...

    unspecified1.jpg

     Si vous êtes dans l’ennui , la difficulté , la tristesse , le désespoir, l’envie de tout chambouler , de tout envoyer au diable, précipite-vous le plus rapidement possible au T.T.O.

    Croyez-moi, vous ressortirez du théâtre après une heure trente de folie, tout guilleret !

     

     

    MYRIAM LEROY –JOURNALISTE RTBF LA PREMIERE !

    « On retrouve avec plaisir la plume acide que manie avec talent Myriam Leroy. Les répliques fusent, font mouche et surtout rire. C’est une vraie prouesse. Chapeau ! » (La Libre)

    « A travers une galerie de portraits de premier ou de dernier rendez-vous, Myriam Leroy croque avec justesse les petits défauts de chacun et en profite pour faire passer sa vision du couple et du féminisme. On rit de bon cœur et on tente de retenir les répliques qui font mouche pour le prochain rendez-vous. » (Le Soir)

    Une vraie prouesse

    C’est par moments un peu inégal mais dans l’ensemble, c’est bien senti. De quoi pardonner quelques errements de jeunesse. C’est d’autant plus vrai que le texte est très bien servi par une mise en scène créative signée Nathalie Uffner. Le parti pris de montrer les coulisses lorsque les comédiens se changent, même si c’est du déjà-vu, apporte un vrai plus. Car s’il y a bien une performance à souligner, c’est la leur. Myriem Akheddiou, Sandy Duret, Pierre Poucet et Marc Weiss jouent les caméléons. A l’image des transformistes, ils incarnent à eux quatre et avec justesse tous les personnages imaginés par Myriam Leroy. (La Libre)

    ENTRETIEN

     - Partir seule de la page blanche, un challenge ?

    Myriam : À un moment, c’est vrai, j’ai voulu mettre le thermomètre sur une lampe et appeler Nathalie Uffner ,(la directrice artistique du TTO, pour lui dire que j’étais malade. C’est la première page qui coûte. Après, l’édifice se construit peu à peu, on y prend du plaisir. Quand on voit les comédiens incarner les personnages s’opère la magie. C’est jouissif. Il y a de quoi se prendre pour Dieu."

    - Vous avez demandé des conseils à Sébastien Ministru ou Laurence Bibot pour l’écriture ?

    Myriam : Non, je ne demande de conseils à personne. Je suis très impressionnable. Si quelqu’un maîtrise son business, je suis paralysée comme le chat devant les phares d’une voiture. J’ai, en revanche, beaucoup joué la pièce avec des potes. On ne peut pas être que dans la virtuosité du texte. Le théâtre, c’est l’écriture du silence. On fait autant attention à ce que les comédiens disent qu’à ce qu’ils ne disent pas. C’est un apprentissage. Ça m’a beaucoup excitée. Ça m’a plu. C’était une sensation inédite.

    - Vous parlez de l’amour à l’ère d’Internet, du vécu ?cake

    Myriam :Je n’ai jamais été sur Tinder ou Adopte un mec. J’ai une vie amoureuse stable et vertueuse. Mais la plupart de mes portes sont sur Tinder. Ils sont frénétiques. Ils rencontrent pour rencontrer. Je me suis inspirée de quelques-unes de leurs histoires. L’idée de ma pièce était de proposer un panorama des relations amoureuses en 2016, à l’heure de la démultiplication de l’offre amoureuse. Cela nous rend beaucoup plus perdu. Si on choisit quelque chose, on a l’impression d’en louper une autre. C’est vertigineux. Internet nous donne l’illusion qu’on choisit l’âme sœur sur catalogue."

    (Entretien > L.C.C

     

    CHERCHE L’AMOUR

    « Cherche L’amour » critique avec malice les nouveaux modes de séduction, et parle de la difficulté d’y trouver une base solide dans la construction du sentiment amoureux.

    Du garagiste beauf à la recherche d’une relation solide au rédacteur en chef pervers nauséabond en passant par le vieux réactionnaire gay (oui, il semblerait que ça existe !) qui peine à comprendre les nouvelles technologies, une vingtaine de portraits qui se suivent sans se ressembler se jouent sur une cadence rythmée.

     

     

    De multiples séquences ! Une dizaine de rencontres avec ces hommes et ces femmes qui cherchent l’amour, chacun , chacune à sa façon. C’est à mourir de rires !

    C’est une performance éclatante de quatre comédiens qui jouent plusieurs rôles, qui se transforment en trois ou quarte secondes pour donner vie à de nombreux personnages.

    Ils sont vraiment terriblement ces quatre acteurs .

    Ds personnages qui vont dans tous les sens , un jeune homme devient un vieillard, un jeune femme journaliste devient une putain, et ainsi de suite.

    Le tout à une vitesse de changement tut à fait extraordinaire.

    Quatre comédiens pour une vingtaine de personnages des plus divers.

    Où j’ai ri le plus, c’est avec le sketch entre deux vieillards de plus de 80 ans...

    Mais il y a tous les autres... Merveilleux travail d’artistes !

    Retenez bien leurs noms : Myriem Akheddiou – Sandy Duret- Pierre Poucet- Marc Weiss-

     

     unspecified5.jpg

    Ils sont brillamment applaudis , non seulement en fin de spectacle , mais au travers du spectacle . Il faut féliciter avec joie cette jeune journaliste ertébéienne, devenue auteure dramatique doublée d’un talent désopilant !

    Bravo Myriam !

    Il faut féliciter cette directrice du Théâtre TTO, qui plus est metteuse en scène , qui a l’art de faire vivre une pièce d’une manière sémillante.

    Bravo Nathalie !

    Il faut féliciter ces quatre acteurs qui nous offrent des personnages irrésistibles.

    Bravo Myriem, Sandy, Pierre , Marc.

    Et l’équipe( derrière la scène) :

    Thibaut De Coster , Charly Kleinermann (Scénographie et costumes) Alain Vollety (création lumières) , Laurent Beumier  (Décor sonore) , Mazal asb .lProduction

     LE RIRE SAUVERA LE MONDE

    (Nathalie Uffner & Sylvie Rager)


     

     

    CHERCHE L'AMOUR

    Jusqu'au 23/09/17

     

    T.T.O (THEATRE DE LA TOISON D'0R)

    Galeries de la Toison d'Or 396- 398 1050 Bruxelles

    Infos Réservations  02 / 510 05 10

    Amis de l’émission/blog «  les Feux de la Rampe «, merci pour votre intérêt au blog, très diversifié.

     A tout bientôt !

    Roger Simons



     

     

    Lien permanent