LES FEUX DE LA RAMPE - Page 4

  • CHERCHE L'AMOUR - MYRIAM LEROY(THEATRE DE LA TOISON D'OR) - Republication

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe "bienvenue à l'amour sur toutes ses formes.

    Tout un programme partant sur d’idées amoureuses...

    Après Marc Moulin et Sébastien Ministru , Nathalie Uffner , directrice du Théâtre et metteuse en scène de la pièce , a demandé à une personne qui n’appartient pas au monde du théâtre de s’ y essayer. Elle a choisi cette fois la journaliste de la RTBF, Myriam Leroy, pour son humour caustique et sa plume trempée dans l’acide.

    « CHERCHE L’AMOUR » - MYRIAM LEROY – (THEATRE DE LA TOISON D’OR)

    Ah ! L’amour, c’est un bon sujet !

    Et elle y va drôlement Myriam, la journaliste...

     


    q

     

    LE WEB, SAUVEUR DE L’AMOUR

     

    OK KPT6165.jpg

     

    Myriam Leroy auteure) : « Kevin , 33 ans, super winner , cherche super winneuse ».

    Sophie , 40 ans , cherche type qui dira des atrocités en lui claquant les fesses...

    Et il ne manque pas de le faire et cela se voit parfaitement au T.T.O...

    Myriam : Dans le grand catalogue de l’amour, chacun passe commande espérant être livré....

    Cette pièce explore la rencontre amoureuse à l’heure de Facebook , Tinder et adopteunmec.com. Mais entre ce qu’on cherche et ce qu’on croit chercher on est toujours un peu paumé.

    Sous la plume de Myriam, une brochette de comédiens transformistes endossent une série de profils modernes qui s’entrechoquent et qui finissent, parfois, par s’emboîter et   se claquer les fesses en se disant des choses atroces...

    unspecified1.jpg

     Si vous êtes dans l’ennui , la difficulté , la tristesse , le désespoir, l’envie de tout chambouler , de tout envoyer au diable, précipite-vous le plus rapidement possible au T.T.O.

    Croyez-moi, vous ressortirez du théâtre après une heure trente de folie, tout guilleret !

     

     

    MYRIAM LEROY –JOURNALISTE RTBF LA PREMIERE !

    « On retrouve avec plaisir la plume acide que manie avec talent Myriam Leroy. Les répliques fusent, font mouche et surtout rire. C’est une vraie prouesse. Chapeau ! » (La Libre)

    « A travers une galerie de portraits de premier ou de dernier rendez-vous, Myriam Leroy croque avec justesse les petits défauts de chacun et en profite pour faire passer sa vision du couple et du féminisme. On rit de bon cœur et on tente de retenir les répliques qui font mouche pour le prochain rendez-vous. » (Le Soir)

    Une vraie prouesse

    C’est par moments un peu inégal mais dans l’ensemble, c’est bien senti. De quoi pardonner quelques errements de jeunesse. C’est d’autant plus vrai que le texte est très bien servi par une mise en scène créative signée Nathalie Uffner. Le parti pris de montrer les coulisses lorsque les comédiens se changent, même si c’est du déjà-vu, apporte un vrai plus. Car s’il y a bien une performance à souligner, c’est la leur. Myriem Akheddiou, Sandy Duret, Pierre Poucet et Marc Weiss jouent les caméléons. A l’image des transformistes, ils incarnent à eux quatre et avec justesse tous les personnages imaginés par Myriam Leroy. (La Libre)

    ENTRETIEN

     - Partir seule de la page blanche, un challenge ?

    Myriam : À un moment, c’est vrai, j’ai voulu mettre le thermomètre sur une lampe et appeler Nathalie Uffner ,(la directrice artistique du TTO, pour lui dire que j’étais malade. C’est la première page qui coûte. Après, l’édifice se construit peu à peu, on y prend du plaisir. Quand on voit les comédiens incarner les personnages s’opère la magie. C’est jouissif. Il y a de quoi se prendre pour Dieu."

    - Vous avez demandé des conseils à Sébastien Ministru ou Laurence Bibot pour l’écriture ?

    Myriam : Non, je ne demande de conseils à personne. Je suis très impressionnable. Si quelqu’un maîtrise son business, je suis paralysée comme le chat devant les phares d’une voiture. J’ai, en revanche, beaucoup joué la pièce avec des potes. On ne peut pas être que dans la virtuosité du texte. Le théâtre, c’est l’écriture du silence. On fait autant attention à ce que les comédiens disent qu’à ce qu’ils ne disent pas. C’est un apprentissage. Ça m’a beaucoup excitée. Ça m’a plu. C’était une sensation inédite.

    - Vous parlez de l’amour à l’ère d’Internet, du vécu ?cake

    Myriam :Je n’ai jamais été sur Tinder ou Adopte un mec. J’ai une vie amoureuse stable et vertueuse. Mais la plupart de mes portes sont sur Tinder. Ils sont frénétiques. Ils rencontrent pour rencontrer. Je me suis inspirée de quelques-unes de leurs histoires. L’idée de ma pièce était de proposer un panorama des relations amoureuses en 2016, à l’heure de la démultiplication de l’offre amoureuse. Cela nous rend beaucoup plus perdu. Si on choisit quelque chose, on a l’impression d’en louper une autre. C’est vertigineux. Internet nous donne l’illusion qu’on choisit l’âme sœur sur catalogue."

    (Entretien > L.C.C

     

    CHERCHE L’AMOUR

    « Cherche L’amour » critique avec malice les nouveaux modes de séduction, et parle de la difficulté d’y trouver une base solide dans la construction du sentiment amoureux.

    Du garagiste beauf à la recherche d’une relation solide au rédacteur en chef pervers nauséabond en passant par le vieux réactionnaire gay (oui, il semblerait que ça existe !) qui peine à comprendre les nouvelles technologies, une vingtaine de portraits qui se suivent sans se ressembler se jouent sur une cadence rythmée.

     

     

    De multiples séquences ! Une dizaine de rencontres avec ces hommes et ces femmes qui cherchent l’amour, chacun , chacune à sa façon. C’est à mourir de rires !

    C’est une performance éclatante de quatre comédiens qui jouent plusieurs rôles, qui se transforment en trois ou quarte secondes pour donner vie à de nombreux personnages.

    Ils sont vraiment terriblement ces quatre acteurs .

    Ds personnages qui vont dans tous les sens , un jeune homme devient un vieillard, un jeune femme journaliste devient une putain, et ainsi de suite.

    Le tout à une vitesse de changement tut à fait extraordinaire.

    Quatre comédiens pour une vingtaine de personnages des plus divers.

    Où j’ai ri le plus, c’est avec le sketch entre deux vieillards de plus de 80 ans...

    Mais il y a tous les autres... Merveilleux travail d’artistes !

    Retenez bien leurs noms : Myriem Akheddiou – Sandy Duret- Pierre Poucet- Marc Weiss-

     

     unspecified5.jpg

    Ils sont brillamment applaudis , non seulement en fin de spectacle , mais au travers du spectacle . Il faut féliciter avec joie cette jeune journaliste ertébéienne, devenue auteure dramatique doublée d’un talent désopilant !

    Bravo Myriam !

    Il faut féliciter cette directrice du Théâtre TTO, qui plus est metteuse en scène , qui a l’art de faire vivre une pièce d’une manière sémillante.

    Bravo Nathalie !

    Il faut féliciter ces quatre acteurs qui nous offrent des personnages irrésistibles.

    Bravo Myriem, Sandy, Pierre , Marc.

    Et l’équipe( derrière la scène) :

    Thibaut De Coster , Charly Kleinermann (Scénographie et costumes) Alain Vollety (création lumières) , Laurent Beumier  (Décor sonore) , Mazal asb .lProduction

     LE RIRE SAUVERA LE MONDE

    (Nathalie Uffner & Sylvie Rager)


     

     

    CHERCHE L'AMOUR

    Jusqu'au 23/09/17

     

    T.T.O (THEATRE DE LA TOISON D'0R)

    Galeries de la Toison d'Or 396- 398 1050 Bruxelles

    Infos Réservations  02 / 510 05 10

    Amis de l’émission/blog «  les Feux de la Rampe «, merci pour votre intérêt au blog, très diversifié.

     A tout bientôt !

    Roger Simons



     

     

    Lien permanent
  • MACBETH - WILLIAM SHAKESPEARE - (THEATRE LE PUBLIC) + MICHEL SARDOU

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" Bienvenue à Vous pour une oeuvre classique bien connue mais présentée ici dans une nouvelle adaptation signée Valentin Rossier.

     
     

    à se souvenir:

    "MACBETH" est une tragédie de William Shakespeare écrite en 1605 et publiée en 1623.

    Le sujet s'est inspiré d'un personnage réel - Macbeth, Roi d'Ecosse, mais la tragédie quant à elle est complètement fictive et n'a pas grand chose à voir avec la vie et le règne du roi qui gouverna en Ecosse de 1040 à 1057...

    à découvrir:

    MACBETH 2017

    Pour renforcer le sentiment d'oppression, d'enfermement, Valentin Rossier a choisi le huis clos d'un appartement au coeur d'une tour de New York ou d'ailleurs.

    Une atmosphère feutrée en contrepoint de la violence et de la peur qui suinte à la suite des atrocités commises.

    Soulignant ainsi les exactions et les guerres que préparent des hommes et des femmes aux prises avec les démons du pouvoir dans le secret et le confort de leurs tours d'ivoire.

    Macbeth - 1 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

     

    MACBETH 2017 : une pièce dure, difficile, rigide, cruelle, douloureuse, défendue par sept comédiens.

    MACBETH 2017 : La peur transpire du verbe, la violence suinte des corps et l'ambition reste inassouvie.

    Shakespeare , une fois encore , dévoile les forces obscures et la nature violemment compulsive des humains confrontés aux illusions corruptrices de l'avoir , du savoir et du pouvoir.

    Une claustration cotonneuse aux effluves sataniques à l'instar d'un " Rosemary Baby " qui n'empêchera pas le rire.

    Macbeth - 6 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

    RESUME

    Poussé par l’ambition dévorante de sa femme et par la prophétie des trois sorcières, Macbeth, chef des armées, orchestre massacres et assassinats pour se hisser sur le trône d’Ecosse, mettant ainsi en marche le mécanisme shakespearien qui signe à la fois la gloire et la perte des puissants : il montera sur le trône mais se fera prendre dans la toile ; de son avidité, ses cauchemars , ses trahisons. Entre raison et folie, plus il se démènera pour se libérer, plus les liens se resserreront.

    A travers ce récit magique et tragique, Shakespeare nous plonge dans un bas Moyen Âge très violent qui tend un miroir à notre siècle.
    Valentin Rossier (adaptateur et metteur en scène): Dans cette nouvelle adaptation, la tragédie se joue dans un huis-clos feutré, dangereux, morbide et sensuel.

    Le château se fait hôtel et la tour ascenseur.

    La peur transpire du verbe, la violence suinte des corps et l'ambition reste inassouvie.     

    Shakespeare, une fois encore, dévoile les forces obscures et la nature violemment compulsive des humains confrontés aux illusions corruptrices de l'avoir, du savoir et du pouvoir.

    Une claustration cotonneuse aux effluves sataniques à l'instar d'un " Rosemary's Baby" qui n'empêche pas le rire.

    C'est drôle parce que concocté dans le chaudron de nos pires noirceurs.

    Alors rire, ça libère, Shakespeare, éternellement!

    SHAKESPEARE, UN ASCENSEUR POUR L'ECHAFAUD

    Macbeth - 3 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

    A peine en scène, Macbeth et son compagnon d’armes Banquo sont affalés sur le canapé qui tient lieu de banc de touche.

    L’ombre emmaillote ces deux guerriers repus après la victoire.

    En face d’eux, une bande magnétique tourne, célébrant

    leurs exploits au service du roi Duncan; sur cette même desserte, des bouteilles de whisky annoncent la beuverie....

    Macbeth - 5 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

    Si la pièce de Shakespeare emporte avec elle ciel, enfers et terre, c’est parce qu’elle scande la dégringolade d’un orgueilleux, d’un téméraire secrètement fissuré, d’un héros admirable perverti par une idée exorbitante de lui-même.

    La suite...sur le grand plateau du Public

    GENERIQUE

    Mise en scène et adaptation :

    Macbeth - Valentin Rossier.jpg

    Avec Edwige Baily, Barbara Baker, Laurence d'Amélia(Lady Macbeth) , François Nadin, Valentin Rossier (Macbeth) et Gilles Tschudi.

    Assistante à la mise en scène : Barbara Baker

    Scénographie : Jean-Marc Humm

    Costumes : Nathalie Matriciani

    Lumières : Jonas Bulher

    Univers sonore : Andrès Garcia

    Régie : Pierre Hendrickx

    Stagiaire régie : Samuel McClean

    Photos : Marc Vanappelghem

    A voir dans la grande salle du Public jusqu'au 14 octobre 2017.

    THEATRE LE PUBLIC

    Rue Braemt   74 - 1210 Bruxelles

    Infos et Réservations : 0800/944.44

    INFO

    Au départ de cette pièce en Suisse, c'est Claire Bodson qui jouait le rôle de Lady Macbeth.

    Tombée malade, elle a dû être remplacée au pied levé par Laurence d'Amélia, comédienne que nous avons vue dans de nombreuses pièces.

    En quelques jours elle a dû découvrir et mémoriser le texte. On se doit de la féliciter. Elle s'excuse de jouer brochure en main, uniquement pour quelques jours.

    laurence-lola-veilleux.jpg

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe", merci de votre fidélité.

    Notez bien les trois spectacles qui se donnent en ce moment au Théâtre Le Public , des pièces totalement différentes l'une de l'autre :

    " Macbeth", " Tuyauterie" et " Vous avez dit Broadway "

    Vous les trouverez sur ce blog des " Feux de la Rampe "

    A tout bientôt !

     

    Roger Simons

     

     

    Lien permanent
  • VOUS AVEZ DIT BROADWAY - ANTOINE GUILLAUME- (THEATRE LE PUBLIC )

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe " : Bienvenue au blog ...

     

    VOUS AVEZ DIT BROADWAY ? (THEATRE LE PUBLIC) -ANTOINE GUILLAUME

    Do you want to sing in Sint-Josse ?

    L'histoire de la Comédie Musicale est foisonnante, elle plonge ses racines dans la grande Histoire de la société américaine du18 ème siècle pour arriver jusqu'à nous

    Broadway - 5 - (c) Gaël Maleux.jpg

    Antoine est passionné et passionnant, raconte et chante les premiers pas, les grands moments, tous les courants et les étapes majeures de cet art dit " mineur".

    Parce qu'à toutes les époques, cette grande soeur du Music Hall, sous ses dehors d'entertainment a souvent dit en chansons ce qui n'était plus audible sans musique. Elle illumine les périodes sombres et fait la nique au climat, en dansant dans les laques sous un parapluie, par tempête et grand vent, en attendant qu'il tourne...


    Michel Kacenelenbogen (metteur en scène) : Avec Julie Delbart , sa complice et formidable pianiste , sous le regard du metteur en scène de " Cabaret", Antoine nous fait chavirer tant il possède l'art et la manière pour nous entraîner à sa suite dans les coulisses de " Hair" , les dessous de " Cats" , les anecdotes de " Fame" , succès usurpés, les vrais chefs-d'oeuvre.

    Sur les traces de Julie Andrew et Gene Kelly on redécouvre tous ces airs qui nous ont habités.

    Redécouvrir ces airs qui nous habitent et nous donnent l'envie de chanter ! Vous avez dit Broadway ? Ce sont des retrouvailles !

    Ca swingue !

    Voilà une idée formidable et jamais réalisée jusqu'à ce jour !


    Antoine a fait un travail tout à fait extraordinaire, unique.

    Ces recherches de la comédie musicale à travers le temps sont magnifiques.

    C'est d'une belle intelligence ! D'une grande culture ! D'un grand amour ! De très courts extraits de ces multiples chansons du passé, chacune présentée différemment.

    Il nous fait revivre d'illustres artistes ...

     Broadway - 8 - (c) Gaël Maleux.jpg

    Michel Kacenelenbogen : La comédie musicale n'est pas un art mineur . Au contraire.. Il y a du talent et du travail. De la rigueur et de la persévérance. Comme pour n'importe quel artisanat. Le reste est question de propos, d'esthétique, de regard...et de mode aussi.

    Cela dit " Vous avez dit Broadway ?" n'est pas une comédie musicale. Antoine la raconte. Et il le fait remarquablement bien. Il va d'un personnage à l'autre, en se transformant à chaque fois . Quel talent !

    Antoine est un vrai passionné qui connaît toutes les ficelles pour pouvoir tout raconter mais aussi de chanter et d'interpréter tout en faisant le lien entre la grande Histoire et l'histoire de sa vie.

    LE DECOR

    Super! Génial ! Nous sommes dans la loge du comédien/chanteur remplie de costumes ....

    Avec à ses côtés une jeune et jolie femme pianiste, Julie Delbart, qui l' accompagne merveilleusement ...

    Broadway - 14 - (c) Gaël Maleux.jpg

     

    VOUS AVEZ DIT BROADWAY?

    Un enchantement !

    Il faudrait ajouter : " Vous connaissez ANTOINE GUILLAUME ?

    Oui bien sûr. Il est partout : au théâtre, à la télévision, à la radio. Il joue la comédie, il chante, non seulement en français mais aussi et parfaitement en anglais. Il danse, il chorégraphie d'un bout à l'autre du spectacle.

    Et son sourire et ses regards vers le public sont craquants !

    On le voit partout, entre autres dans " La Mélodie du bonheur" et " Cabaret".

    Comme il est écrit dans un magazine : " C'est une encyclopédie vivante. C'est un artiste complet, enthousiasmant et généreux."

    Il a conçu son spectacle avec bonheur.

    Broadway - 9 - (c) Gaël Maleux.jpg

    Il est drôle. Il s'adresse au public en français avec la voix en demi teinte et cela, pour marquer la différence entre lui et   les multiples personnages du passé qu'il imite merveilleusement et ce , sans excès.

    Il aime allier le connu et la forme

    Bref, ce spectacle est un vrai cadeau qui nous fait retrouver et découvrir ces grands artistes américains du passé...


    Michel Kacenelenbogen: La comédie musicale a encore pour certains un mauvais genre. Souvent , son succès , son audience sont suspects. Trop sentimentales, trop légères , pas assez complexes. A certaines époques cependant, elle a quand même été la seule à continuer à dire en chansons ce que la censure interdisait . Alors trop nunuche la comédie musicale ?

    De toute façon, elle n'en a cure et depuis le 19ème siècle , elle fait régulièrement son come-back.

    Dans la comédie musicale, ce qui importe finalement c'est qu'elle nous met en joie ! Et ça, ça me paraît essentiel. Une joie qui libère.

    Elle au piano !

    Broadway - 15 - (c) Gaël Maleux.jpg

    Lui avec un parapluie...

    Broadway - 18 - (c) Gaël Maleux.jpg

    Ils sont adorables tous les deux!


    GENERIQUE

    "VOUS AVEZ DIT BROADWAY ? " : Antoine Guillaume

    Mise en scène : Michel Kacenelenbogen

    Assistante à la mise en scène : Lou Kacen

    Scénographie : Noémie Vanheste

    Lumière : Laurent Kaye

    Ingénieur Son : Jérémy Saive

    Régie : Matthias Polart

    Stagiaire régie : Gaël Genette

    Photos :Gael Maleux

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe ", je pense que vous allez avoir l'envie de voir ce spectacle inédit et d'applaudir chaleureusement Antoine et Julie.

    Antoine a ça dans le sang : la comédie musicale ! C'est mieux que d'être accroc à la cocaïne !

    Merci de votre présence !

    A tout bientôt !

    Roger Simons

     
     

     

    Lien permanent