LES FEUX DE LA RAMPE - Page 2

  • SILENCE EN COULISSES- MICHAEL FRAYN- (THEATRE ROYAL DES GALERIES) + DIANE REEVES

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" , bienvenue à Vous avec une pièce pour mourir de rire...

     

     SILENCE EN COULISSES

    Une pièce qui est la représentation d'un vaudeville qui ne fonctionne pas du tout.

    C'est au moins la cinquième fois que je vois cette pièce apparemment dingue mais qui cependant dévoile l'univers du théâtre, côté public, côté coulisses.

    SILENCE EN COULISSES 

    Un mouton à cinq pattes !

    Un clin d'oeil au théâtre !

    Une parabole sur le théâtre où l'on peut se moquer des acteurs et metteurs en scène.

    Le théâtre, c'est l'illusion d'exister !

     

    silence_martingallone_15 (Copier).jpg

     PROPOS-INTERVIEW DU METTEUR EN SCENE : ERIC DE STAERCKE

    - Quels sont les éléments qui ont éveillé ton intérêt à la lecture de ce texte ?

    E.D.S : J’ai tout de suite été séduit et captivé par l’absurdité de la situation. J’y retrouve un esprit typiquement anglais. Nous sommes bien sur les terres des Monty Python et de Rowan Atkinson, un humour absurde, teinté de non-sens qui fait la part belle au burlesque.

    - On dit de cette pièce qu’elle est la plus drôle du monde… Pourquoi ?

    E.D.S : Cette pièce est très vraisemblablement la plus drôle du monde, bien qu’il n’y ait pas de concours pour mesurer cela et c’est heureux, parce qu’elle réussit à rassembler tous les éléments de la comédie. Elle est à la fois construite de manière très classique avec une unité de lieu, de temps et d’action, elle réunit les ingrédients de la commedia dell’arte, elle se joue sur un rythme de vaudeville et en même temps, tout ce qui a été minutieusement agencé est immédiatement démonté de façon totalement absurde. Le spectateur est invité à découvrir le cahot qui s’installe et s’accentue au fil des représentations, et ce jusque dans la partie interdite au public : les coulisses.

    - Cependant, le génie de la pièce et de Michaël Frayn, tient principalement à l’humanité des personnages. Ils sont perdus, ils s’accrochent à la vie, ils nous ressemblent.

    - E.D.S Michaël Frayn a démarré sa carrière de dramaturge en traduisant Tolstoï et Tchekhov. Je retrouve dans les personnages de « Silence en coulisses » le même absurde, la même médiocrité sublime, le même désespoir hilarant que celui des personnages des comédies de Tchekhov comme « La demande en mariage » ou « L’ours ». Le combat des ces êtres est si vain et si touchant qu’il mène au délire. La pièce dépasse la simple comédie, elle dépeint la comédie humaine.

    « Nous sommes comiques. C’est sur cet aspect là que nous devrions nous voir. Rien que l’humour, rose ou noir ou cruel, mais seul l’humour peut rendre la sérénité. »

    (Eugène Ionesco).

    - Que peux-tu dire sur les personnages ?

    E.D.S : Ils sont beaux et attachants car terriblement humains. Il n’y a pas de manichéisme, il n’y a pas de bons ou de méchants. Nous sommes en empathie avec chacun d’eux, ils nous ressemblent profondément, par moment et pas entièrement heureusement. Ils sont notre miroir, un miroir à peine déformant et fort heureusement, comme toujours au théâtre, les avares et les malades imaginaires ne se reconnaissent pas quand ils sont représentés sur scène.

     - Cette pièce est la plus drôle du monde?

    Eric De Stercker : Oui, c'est exact ! Cette pièce de l'Anglais Michael Frayn nous emmène au théâtre et nous fait suivre une troupe des répétitions aux aventures de la tournée. Outre les petits couacs, les ego, les ragots, les différences de caractère vont petit à petit plomber l’ambiance et pousser les uns et les autres vers des comportements parfois hystériques et inévitablement cocasses...

    SILENCE EN COULISSES

     silence_martingallone_03 (Copier).jpg

     Une comédie indémodable et imparable !

    Une pièce unique d'une durée de plus de deux heures. Une vraie folie : portes qui claquent, sardines voyageuses, poignées cassées, pantalon aux chevilles, maîtresse accueillante, quiproquos, jalousies, voleur, coureur de jupon, bouteille de whisky que l’on ne cesse de cacher, lacets noués, chutes, poursuites à la hache, rien ne sera épargné à nos zygomatiques.

    Cette pièce de l'Anglais Michael Frayn nous emmène au théâtre et nous fait suivre une troupe des répétitions aux aventures de la tournée. Outre les petits couacs, les ego, les ragots, les différences de caractère vont petit à petit plomber l’ambiance et pousser les uns et les autres vers des comportements parfois hystériques et inévitablement cocasses.

    SILENCE EN COULISSES

    La construction, en trois parties, est savante : on voit une même pièce jouée en répétition, sur le plateau et puis en représentation ; côté coulisses d'abord, sur la scène ensuite, avec moult quiproquos et cascades traversant le tout. On comprend ce qui se passe quand un acteur manque son entrée ou quand un accessoire n'est pas à sa place... ce qui n’arrive jamais dans la vraie vie du théâtre !

      silence_martingallone_21 (Copier).jpg

     Un spectacle fracassant ! Un divertissement d'une drôlerie continue !

    Un bon clin d'œil au théâtre ! Une pièce complètement folle, débridée, branquignolesque, qui ne laisse aucune minute de répit ni au public ni aux acteurs. C'est le théâtre dans le théâtre du théâtre. Du vaudeville qui n'est pas un vaudeville, qui ne ressemble ni à Feydeau ni à Labiche. Un théâtre de boulevard qui est bien plus qu'une comédie de boulevard.

    Cette pièce a été crée à Londres en 1982 et a été jouée pendant quatre ans,   le titre : " Noises off"

     silence_martingallone_09 (Copier).jpg

     SILENCE EN COULISSES

    Une pièce délirante ! On peut la trouver vieux style, excessive. Il n'empêche qu'elle nous introduit dans le milieu du théâtre, qu'elle nous montre comment l'on y vit quand on est acteur.

    J'en sais quelque chose l'ayant été pendant plusieurs années.

    Ici, l'auteur, l'illustre   Michael Frayn, nous dépeint la longue agonie d'une troupe de théâtre professionnelle ringarde qui s'acharne à monter un vaudeville lamentable.

    SILENCE EN COULISSES

    Un texte insipide et une histoire improbable. Les portes du décor claquent à tout bout de champ et rythment un flot de phrases inutiles. Les portes et les sardines. Entrer et sortir. Entrer avec les sardines, sortir avec les sardines. On s'agite de tous côtés, on se bouscule ! On s'engueule ! C'est ça le théâtre. C'est ça la vie !

    Au premier acte, nous sommes a la représentation.Ca chauffe déjà !

    Au deuxième acte, on assiste toujours à la représentation, mais vue des coulisses, derrière le décor. Les rapports entre les acteurs se sont détériorés.

    Les problèmes de chacun ont pris le pas sur le spectacle. Tout le monde est à cran.

    Certains acteurs bougent sans arrêt, allant et venant de tous les coins, véritable mic-mac, pendant que l'on entend par haut-parleur les autres acteurs jouant - ou essayant de jouer la comédie-face au public !

    Au troisième acte, on est surpris, quelques mots, quelques lambeaux de mots et surtout de situations.

    On vit intensément le déroulement de ce spectacle.

    Un fabuleux mélange: textes de la pièce qui essaie de se jouer/ textes des propos entre eux...

    Nous, spectateurs dans la salle des Galeries, vivons des moments joyeux, un peu débridés, mais qu'à cela ne tienne.

      silence_martingallone_10 (Copier).jpg

     UNE VRAIE TROUPE

    Dix acteurs qui nous font rire du premier au dernier mot.

    Un travail épuisant pour eux : tenir la scène pendant deux heures, mais un travail passionnant quand on est comédien.

    INFO/CONSEIL

    Amis de l'émission/blog " Le Feux de la Rampe ", si vous allez faire ce spectacle , ne manquez pas d'acheter le programme qui, indépendamment de la pièce " Silence en coulisses ", propose un document anecdotique sur le théâtre . C'est passionnant!

    GENERIQUE

    SILENCE EN COULISSES

    Auteur :Michael Frayn

    Adaptation : John Thomas

     Silence en coulisses 1.JPG

    AVEC

    Perrine Delers (Yvette)

    Bruno Georis (Gérard)

    Maria del Rio ( Suzy)

    Cécile Florin ( Denyse)

    Benjamin Torrini ( Frédérick)

    Pascal Racan ( Poiton)

    Marc Weiss ( Louis)

    Emmanuel Guillaume (Jean-Paul)

    Joséphine de Renesse ( Mimi)

    MISE EN SCENE : Eric De Staercke

    Décor : Franceso Delco

    Costumes : Fabienne Miessen

    Assistante à la mise en scène : Mélissa Rousseau

    Décor sonore : Laurent Beumier

    Création lumières : Félicien, Van Kriekinge

    Régie: Laurent Colmant, Guy Mavungu, Vigen Oganov, Corentin Van Kriekinge, Antoine Halsberghe, Anthonin de Proost, Laurent Wathelet.

    Construction du décor : Stéphane Devolder , Pnilippe Van Nerom, Mikail Caliskan.

    Habilleuse : Fabienne Miessen

    SILENCE EN COULISSES

    Jusqu'au 14/05/17

    THEATRE ROYAL DES GALERIES

    Galerie du Roi 3 - 1000 Bruxelles

    Infos Réservations : 02/ 512 04 07

     

     Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" , merci de votre présence.

    Notre moment de séparation : Le concert de Dianne Reeves ce 23 avril à Bozar.

    Une voix magnifique ! Une superbe chanteuse de jazz américaine, considérée comme l'une des plus importantes chanteuses de jazz de notre temps.

    Un régal !

    A tout bientôt !

    Roger Simons

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent
  • PENELOPE ET LES TROIS P'TITS COCHONS- (THEATRE DE POCHE)

     ECRITURE COLLECTIVE-(THEATRE DE POCHE)

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe", bienvenue à Vous ...

    " L'utopie est la matrice de l'histoire et la soeur de la révolte "

    (José Bové/la confédération paysanne)

    Les créateurs et les différents écrivains de cette pièce toute particulière expriment ci-après leurs intentions.

    A lire dans l'immédiat avant de vous rendre au Théâtre de Poche et ce, pour entrer plus facilement dans la conception de la pièce.

    3cochons mailchimp.jpg

    Le groupe collectif : « Pénélope et les trois p’tits cochons » est une satire surréaliste de la société de consommation, un huis-clos humoristique et anticipatif qui a pour thématique centrale la malbouffe.

    « Pénélope et les trois p’tits cochons » est un conte allégorique humoristique de science-fiction qui donne faim et écœure à la fois.

    La tension globale du spectacle gravite autour d’une dualité, celle-là même qui existe entre les idéologies économique et écologique.

    « Pénélope et les trois p’tits cochons » est la mise en scène de cette confrontation dans un monde au postulat absurde où l’écologique s’est radicalisé et globalisé et où des rebelles défendent le droit à la fricadelle, aux nuggets et aux Big Mac.

    Dans cette création, il est bel et bien question des déviances de l’alimentation et plus largement de ce qu’on ingurgite frénétiquement : du fast-food aux nouvelles technologies, du hamburger aux jeux vidéo… car nous avons voulu évoquer un autre type de malbouffe, celle de l’esprit. Bien souvent les médias nous proposent des programmes abrutissants n’amenant que très peu de réflexions sur le monde, produits dans le seul but de nous préparer à assimiler notre dose de publicité quotidienne, nous invitant à une consommation frénétique et pulsionnelle.

    Il ne s’agit pas d’un spectacle à vocation documentaire qui ne ferait qu’enfoncer des portes ouvertes sur des sujets comme les diverses crises alimentaires, les problèmes écologiques majeurs ou la crise du monde capitaliste, que l’on connait et qui inondent nos médias…

    Nous avons décidé de positionner nos personnages du côté des vilains si l’on peut dire. Nos trois p’tits cochons, en bons consommateurs qu’ils sont, sont friands de cette malbouffe et de cette malculture . Nous utilisons ce contrepied afin de ne jamais être moralisateurs et de faire naître chez le spectateur un rire moqueur face aux élucubrations de nos personnages.

    IMPRESSION,

     Une pièce plutôt violente, déchaînée à certains moments, excessive  parfoisdans l'interprétation des trois personnages.

    RESUME

     pénélope pour site copie.jpg

    Après une catastrophe écologique monstrueuse, des écolos radicaux ont pris le pouvoir de la terre. De nouvelles lois sont promulguées : il est strictement interdit de manger des animaux, il est obligatoire d’avoir un jardin, obligé de porter des chapeaux de paille, obligé de rouler à vélo, obligé de manger du panais trois fois par semaine, obligé d’avoir une ruche sur chaque balcon…

    Ce jour est un jour spécial, c’est le jour anniversaire du grand renversement du monde, le jour anniversaire de la « Grande Révolution Verte ».  Au début de l’histoire une information importante est divulguée. Le dernier coq au monde s’est éteint, il ne reste sur terre qu’un individu vivant de la race Gallus Gallus Domesticus, une poule nommée Pénélope.

    Les trois p’tits Cochons, de vieux nostalgiques du 20ème siècle, veulent remettre en place toute une série de conforts comme l’internet, les hamburgers, le Coca-Cola ®, les films d’action, Pizza Hut ®, la viande au barbecue, … Remettre en place la malbouffe et la malculture. Ce sont des hacktivistes. Ils font des vidéos, pour partager leurs idées avec le monde sur un darknet imaginaire, ils se revendiquent comme omnivores en lutte contre le végétarisme omniprésent. Les trois p’tits cochons se sont reclus dans une cave, dans un lieu de l’ancien monde, sous terre. Ils ont reconstitué un microcosme à leur image, un local où s’entassent des outils de notre temps : des ordinateurs, une console de jeu, un synthétiseur, des écrans, une radio. Ils sont focalisés sur ces instruments technologiques, ils donnent à voir une première mise en scène de notre époque.

    DSC02318.jpg

    Les trois p’tits cochons ont décidé de poster des vidéos subversives pour contrer les idéologies du gouvernement en place qu’ils appellent l’Union. Dans cette cave les cerveaux des trois p’tits cochons turbinent, comme le ventilateur au-dessus de leurs têtes, l’un n’est jamais satisfait, l’autre l’est toujours, le 3ème n’en peut plus de continuer et un conflit naît entre les protagonistes. A quoi servent les longs discours ? Quand faut-il arrêter de parler pour passer à l’action ? Quand faut-il agir ? Eternelle question qu’il est indispensable de se poser quand on décide de se rebeller face à un système qui nous opprime et qui nous prive de nos libertés.

    ET ENCORE ...

    Le Collectif : En parallèle de cette pièce, nous avons initié une série d’évènements en collaboration avec le domaine associatif, afin de créer un réel objet de sensibilisation. Nous avions là une belle opportunité de donner un espace de parole aux diverses associations et aux divers acteurs qui luttent pour une meilleure alimentation. Ces évènements étaient adaptés aux différents types de représentations, qu’elles soient tout public ou scolaires. Nous avons proposé plusieurs thématiques et nous avons cherché à donner des informations qui nous paraissaient les plus importantes comme : les problèmes de santé liés à l’alimentation, la présentation du panel d’alternatives alimentaires…

    Les évènements des trois p'tits cochons...

    A suivre sur le plateau du Poche.

    PENELOPE ET LES TROIS P'TITS COCHONS

    Trois acteurs liégois se dépensent sans compter.

    La vedette, c'est Pénélope, la poule !

    Une magnifique poule vivante , remarquablement dressée, qui tient parfaitement son rôle.

    Incroyable mais vrai !

    Les trois p'tits cochons sont joués par les trois acteurs!

    Excellents masques.

    LE SPECTACLE

    A chacun son jugement sur cette pièce   !

    Pénélope © Gabriel Renard  (5).jpg

     GENERIQUE:

    Ecriture collective: Simon Drahonnet, Sylvain Daï, Eugène Egle-Corlin

    Créateur technique et scénographie : Cyril Aribaud

    Assistant : Loïg Kervahut

    Création sonore : Jean-Pierre Urbano

    Création masques et accessoires: Marie-Claire Dardenne

    Aide à la réalisation des costumes : Myriam Simenon

    Pénélope et...

    EN CREATION

    ...les trois p'tits cochons

    Du 18 au 22/04/17 ainsi que le 28/04/17

    THEATRE DE POCHE

    Chemin du Gymnase   1 a 1000 Bruxelles

    Infos Réservations : 02 / 647 27 26

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe", merci de votre présence.

    A tout bientôt !

    Roger Simons

     

     

    Lien permanent