MACBETH - WILLIAM SHAKESPEARE - (THEATRE LE PUBLIC) + MICHEL SARDOU

Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" Bienvenue à Vous pour une oeuvre classique bien connue mais présentée ici dans une nouvelle adaptation signée Valentin Rossier.

 
 

à se souvenir:

"MACBETH" est une tragédie de William Shakespeare écrite en 1605 et publiée en 1623.

Le sujet s'est inspiré d'un personnage réel - Macbeth, Roi d'Ecosse, mais la tragédie quant à elle est complètement fictive et n'a pas grand chose à voir avec la vie et le règne du roi qui gouverna en Ecosse de 1040 à 1057...

à découvrir:

MACBETH 2017

Pour renforcer le sentiment d'oppression, d'enfermement, Valentin Rossier a choisi le huis clos d'un appartement au coeur d'une tour de New York ou d'ailleurs.

Une atmosphère feutrée en contrepoint de la violence et de la peur qui suinte à la suite des atrocités commises.

Soulignant ainsi les exactions et les guerres que préparent des hommes et des femmes aux prises avec les démons du pouvoir dans le secret et le confort de leurs tours d'ivoire.

Macbeth - 1 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

 

MACBETH 2017 : une pièce dure, difficile, rigide, cruelle, douloureuse, défendue par sept comédiens.

MACBETH 2017 : La peur transpire du verbe, la violence suinte des corps et l'ambition reste inassouvie.

Shakespeare , une fois encore , dévoile les forces obscures et la nature violemment compulsive des humains confrontés aux illusions corruptrices de l'avoir , du savoir et du pouvoir.

Une claustration cotonneuse aux effluves sataniques à l'instar d'un " Rosemary Baby " qui n'empêchera pas le rire.

Macbeth - 6 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

RESUME

Poussé par l’ambition dévorante de sa femme et par la prophétie des trois sorcières, Macbeth, chef des armées, orchestre massacres et assassinats pour se hisser sur le trône d’Ecosse, mettant ainsi en marche le mécanisme shakespearien qui signe à la fois la gloire et la perte des puissants : il montera sur le trône mais se fera prendre dans la toile ; de son avidité, ses cauchemars , ses trahisons. Entre raison et folie, plus il se démènera pour se libérer, plus les liens se resserreront.

A travers ce récit magique et tragique, Shakespeare nous plonge dans un bas Moyen Âge très violent qui tend un miroir à notre siècle.
Valentin Rossier (adaptateur et metteur en scène): Dans cette nouvelle adaptation, la tragédie se joue dans un huis-clos feutré, dangereux, morbide et sensuel.

Le château se fait hôtel et la tour ascenseur.

La peur transpire du verbe, la violence suinte des corps et l'ambition reste inassouvie.     

Shakespeare, une fois encore, dévoile les forces obscures et la nature violemment compulsive des humains confrontés aux illusions corruptrices de l'avoir, du savoir et du pouvoir.

Une claustration cotonneuse aux effluves sataniques à l'instar d'un " Rosemary's Baby" qui n'empêche pas le rire.

C'est drôle parce que concocté dans le chaudron de nos pires noirceurs.

Alors rire, ça libère, Shakespeare, éternellement!

SHAKESPEARE, UN ASCENSEUR POUR L'ECHAFAUD

Macbeth - 3 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

A peine en scène, Macbeth et son compagnon d’armes Banquo sont affalés sur le canapé qui tient lieu de banc de touche.

L’ombre emmaillote ces deux guerriers repus après la victoire.

En face d’eux, une bande magnétique tourne, célébrant

leurs exploits au service du roi Duncan; sur cette même desserte, des bouteilles de whisky annoncent la beuverie....

Macbeth - 5 - (c) Marc Vanappelghem.jpg

Si la pièce de Shakespeare emporte avec elle ciel, enfers et terre, c’est parce qu’elle scande la dégringolade d’un orgueilleux, d’un téméraire secrètement fissuré, d’un héros admirable perverti par une idée exorbitante de lui-même.

La suite...sur le grand plateau du Public

GENERIQUE

Mise en scène et adaptation :

Macbeth - Valentin Rossier.jpg

Avec Edwige Baily, Barbara Baker, Laurence d'Amélia(Lady Macbeth) , François Nadin, Valentin Rossier (Macbeth) et Gilles Tschudi.

Assistante à la mise en scène : Barbara Baker

Scénographie : Jean-Marc Humm

Costumes : Nathalie Matriciani

Lumières : Jonas Bulher

Univers sonore : Andrès Garcia

Régie : Pierre Hendrickx

Stagiaire régie : Samuel McClean

Photos : Marc Vanappelghem

A voir dans la grande salle du Public jusqu'au 14 octobre 2017.

THEATRE LE PUBLIC

Rue Braemt   74 - 1210 Bruxelles

Infos et Réservations : 0800/944.44

INFO

Au départ de cette pièce en Suisse, c'est Claire Bodson qui jouait le rôle de Lady Macbeth.

Tombée malade, elle a dû être remplacée au pied levé par Laurence d'Amélia, comédienne que nous avons vue dans de nombreuses pièces.

En quelques jours elle a dû découvrir et mémoriser le texte. On se doit de la féliciter. Elle s'excuse de jouer brochure en main, uniquement pour quelques jours.

laurence-lola-veilleux.jpg

Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe", merci de votre fidélité.

Notez bien les trois spectacles qui se donnent en ce moment au Théâtre Le Public , des pièces totalement différentes l'une de l'autre :

" Macbeth", " Tuyauterie" et " Vous avez dit Broadway "

Vous les trouverez sur ce blog des " Feux de la Rampe "

A tout bientôt !

 

Roger Simons

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.