LE DERNIER TRAIN-NATACHA ASTUTO (CAFE-THEATRE LA SAMARITAINE)

Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe ", bienvenue à Vous avec.....

LE DERNIER TRAIN - NATACHA ASTUTO -

(CAFE-THEATRE LA SAMARITAINE)

Dernier spectacle de ce théâtre que nous aimons tous pour sa qualité théâtrale , pour le lieu(étonnant) et pour sa " patronne" Huguette , qui nous a offert des centaines et des centaines d'excellentes pièces jouées dans cet espace unique : la cave du théâtre.

Vous avez encore la possibilité de nous rendre à la Sama jusqu'au samedi 15/07 et y voir la pièce de Natacha Astuto.

 LE DERNIER TRAIN

IMG_3983.JPG

Deux prisonniers dans leur cellule. Robert et Jacky. Un tendre. Un salaud. L’un attend une libération anticipée pour bons et loyaux services en prison. L’autre est en route pour la perpétuité. Ce dernier tente de se suicider. Sans succès. Tous deux tournent en rond. Boivent du thé. Sous l’œil bienveillant et maternant de leur gardienne Marianne. Un évènement va modifier le cours de leur existence. Une visite. Une femme. Héloïse. Pourquoi vient-elle dans leur cellule ? Pourquoi les dévisage-t-elle ? Pourquoi ces questions étranges ? Ce qu’elle reproche à l’un d’eux est insoutenable. Indéfendable. Affrontement! Affrontement !

Tout bascule !!!

IMG_3973.JPG

Guy Dieppedalle : Un très beau texte. Dur. Cinglant. Tragique. Poignant. Comme une main qui te serre le cœur et te fait chialer. Comme ta respiration soudain prisonnière d’une apnée. Une émotion qui dégouline sur ta peau comme la sueur sur les murs de la prison. Les silences vibrent sur les visages des comédiens. La puissance de leurs regards dépasse celle des mots. Mais ce qui m’a le plus touché, c’est la dernière phrase. Sortie du coeur de l’un des prisonniers. Brillante. Lumineuse. Comme une fenêtre qu’un coup de vent entrebâille. « Dis à sa fille que je suis désolé ». Un pardon simple. Percutant. Vers une jeune fille. Un pardon que personne n’entendra. Sauf son enfant intérieur vers qui il tend une main. Celle de la paix enfin retrouvée avec lui-même. Un pardon qui rayonnera comme un soleil à perpétuité au fond de son âme.

LE DERNIER TRAIN

L'AUTEURE...A DECOUVRIR

 

Natacha Astuto.jpg

Natacha Astuto aime le café, le rose, les talons de 12, les séries-télés qui finissent mal et les grandes villes américaines, là où chaque rue est une tranche de vie. Ingénieure en mécanique et porteuse d’un master en économie, elle a tenu des rôles dans une quinzaine de pièces au sein de troupes suisses avec qui elle a tourné notamment en France, en Belgique et au Québec. En 2005, Natacha réalise un de ses rêves : écrire ses propres pièces. Ecrire encore et encore les drames de la vie, ne pas épargner ses personnages, les faire aimer, rire et pleurer. "Un Hôpital pour six francs" prend alors vie, suivi de "Big Boss" en 2006, puis "l’Appartement" en 2008, "Dans une Autre vie" en 2009 et Le Dernier train en 2012. Un thriller ! Des tableaux courts, des dialogues nets et tranchants, et la transition entre le dramatique et le comique une évidence.


En 2013, Le Dernier train est finaliste du concours "Writemovies #3"à Los Angeles. Cette pièce est alors adaptée en anglais pour le cinéma . Bientôt le tournage. " The Last Train" Natacha travaille aujourd'hui à la rédaction du film.

 

INTERVIEW: MONIQUE DOBLY,LA METTEUSE EN SCENE

Monique Dobly Cette pièce m’a interpellée lors de sa création par la troupe de l’auteure elle-même qui, de plus, jouait le rôle d’Héloïse !

Je me suis procuré le texte, intriguée par le cheminement de sa pensée et n’ai pas été déçue : la lecture m’a confortée dans mon désir de monter cette pièce hors du commun …

Il me fallait le temps , le lieu et la distribution pour mener à bien ce projet qui me tenait particulièrement à coeur !

Le lieu ? La cave magique du café-théâtre de La Samaritaine me semblait le lieu idéal...c’est chose faite !

La distribution ? J’avais bien en tête l’un ou l’autre comédien, mais la distribution finale s’est imposée à moi comme une évidence :)

Le temps ? C’est le temps de la gestation entre une lecture et le désir fou de mettre au monde un projet …et ce temps a abouti à de nombreuses répétitions, prises de tête, interrogations, hésitations, discussions, choix des tenues, recherches et achats divers de mobilier et d’accessoires … plein de bonheur aussi et de fierté d’aborder un sujet grave, audacieux, immoral et de servir une auteure de génie qui nous fait l’honneur de venir nous soutenir de sa Suisse natale ! Cela ne nous met pas la pression ! LOL...

Beaucoup de stress, de trac, à l’idée de vous présenter le résultat de notre travail et d’appréhender vos réactions…

L’enfant est là, sous vos yeux et vous seuls pourrez nous dire si nous avons bien fait de le mettre au monde …

Merci de votre présence, cher public, sans qui le théâtre n’existerait pas…

Monique Dobly

LE DERNIER TRAIN

Une pièce intéressante bien conçue, rapide, brutale, sans concession.

Les quatre comédiens/comédiennes entrent avec énergie et vigueur dans la peau de leur personnage.

Monique Dobly réalise une mise en scène percutante et joue avec rigueur le rôle de la gardienne/geôlière.

A voir dans l'immédiat, en tenant compte des derniers jours de la Samaritaine.

Le décor : on ne peut plus vrai . Une pièce de condamnation à perpétuité!

 LE DERNIER TRAIN (thriller)Avec Monique Dobly, Agnès Orlandini, Philippe Garcia et Patrick Van Beggelaer

Mise en scène : Monique Dobly

Aide à la mise en scène : Caroline Job

Régie : Lucas Hoyois

Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" merci de votre présence et votre intérêt à ce thriller, dernière pièce de La Samaritaine , qui se joue jusqu'au 15 juillet.

Prochain sujet : HUGUETTE VAN DYCK ET "SA" SAMARITAINE

Notre moment de séparation : Première mardi prochain 11 juillet au Château du Karreveld pour l'ouverture du Festival "Bruxellons" avec la célèbre pièce belge " BOSSEMANS   & COPPENOLLE""

Première mercredi prochain- 12 juillet à l' Abbaye de Villers-la-Ville avec la pièce " LE CAPITAINE FRACASSE" d'après Théophile Gautier.

Je vous reparlerai de ces deux pièces les jours à venir.

A tout bientôt!

Roger Simons






 

 

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.