• DOUCHETCHKA - TCHEKHOV (LA SAMARITAINE ) 01/04/17

     Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe "rebonjour et bienvenue.

    Je vous propose la lecture  ou relecture de cette chronique

    « Douchetchka » cela veut dire «  Petite chérie «  en russe.

    Il s'agit d'une republication.

    Le spectacle se jouera ce samedi 01/04 à 20h30  au CAFÉ-THEATRE LA SAMARITAINE .

     

    Tchekhov a écrit cette nouvelle en 1898 qui retrace la vie d’Olga Plemmiannikova.

    Les hommes tombent sous le charme de son sourire désarmant et    « Petite chérie » les aime de tout son être.

    Aimer donne un sens à son existence mais que faire lorsque ses grands amours disparaissent un à un de sa vie ?

     


     DOUCHETCHKA

     C’est un  petit bijou cette nouvelle !  C’est un bonheur ! C’est une nouvelle qui fait aimer Tchekhov !

    C’est plein  de poésie, une poésie simple, directe, qui touche au cœur !

     LEVER DU RIDEAU...

      Sébastien Taminiau et Léonore Frenois - Douchetchka.png

     Russie 1898. Il pleut sans arrêt.

    Le Théâtre. Le public accourt, se débarrasse de ses manteaux trempés et se hâte au chaud sur les bancs douillets du petit théâtre d’Ivan...et de Douchetchka,  qui est amoureuse d’Ivan et partage toute sa passion pour la vie d’artiste. Mas c’est alors qu’elle reçoit un télégramme...

    ET COMMENCE L’HISTOIRE...

    Olga, une jeune femme à la fois heureuse  et malheureuse car il lui arrive de bonnes choses en amour mais aussi la perte d’hommes qu’elle aime ! Que deviendra-t-elle sans eux ?

    SUITE SUR LE PLATEAU DE LA SAMARITAINE...

     Que faire lorsqu’en perdant quelqu’un, on perd aussi son individualité ? C’est quoi alors, l’identité ? Un entassement d’opinions ?

    Tchekhov s’en prend à l’être humain avec beaucoup de tendresse.

    Il dépeint le portrait nuancé d’Olga, jeune femme caméléon au cœur fragile. Il s’en dégage une ambiance rayonnante et émouvante ...

    C’est ce que j’ai ressenti  tout au cours du spectacle, ému et émerveillé par l’interprétation de cette jeune comédienne que je ne connaissais  pas encore : Léonore Frenois , adaptatrice de la Nouvelle!

       PHOTO FLYER.JPG

     Je ne vois pas en vérité une actrice qui joue  le personnage d’Olga.

    Je vois Olga,   je la sens, je la respire ! Son visage est d’une beauté naïve.  On l’aime dans l’instant.  Elle est  « vrai », naturelle !

    J’ai découvert ce soir une comédienne de grand talent.

     Tom Mannaerts-Douchetchka.png

     Tom Mannaerts joue Ivan, l’imprésario puis Basile qui gère un dépôt de bois, Vladimir le vétérinaire et son fils Sacha...

    Je ne connaissais pas non plus cet acteur.  Il anime ses personnages  avec acuité. Il les vit comme Léonore Frenois.

     


     DOUCHETCHKA
     

    Une alchimie poétique et rusée entre deux comédiens et trois musiciens.

      Elise Steenackers - Douchetchka.png

    Elise Steenackers ( adaptatrice/metteuse en scène) : C’est avec douceur qu’ils nous révèlent tous les cinq la fragilité de nos propres pensées, nos passions, nos influences et nos métamorphoses parfois inconscientes.

    Olga n’a pas de personnalité propre, pas d’opinion ou de vision particulières sur le monde qui l’entoure. Le développement de son identité embryonnaire est tout aussi nécessaire que le développement d’une société ouverte, saine et critique.

    La libération de la «  petite âme » d’Olga est une métaphore pour l libération de la société, et une référence à une étape historique  en Russie : l’abolition du servage en 1861.

    Tchékhov était lui-même le petit-fils d’un esclave affranchi et il a toujours mis au premier plan la liberté d’expression, l’éducation, la médecine et le développement humain pour sauver le peuple de la pauvreté et de l’igno

     DOUCHETCHKA : un spectacle musico théâtral pour deux comédiens et rois musiciens.

    Que je précise bien : ce n’est pas du tout une comédie musicale.

    C’est une pièce de théâtre envoûtée par la musique et quelle magnifique musique : Tchaïkovsky , Rachmaninov, Scriabine, Moussorgsky...

    Toutes ces œuvres magistrales interprétées par trois excellents musiciens :

     Corentin Dellicour , violoncelliste.

     Corentin Dellicour - Douchetchka.png

    Olivier Maltaux , pianiste.

     

    Olivier Maltaux - Douchetchka.png

     Sébastien Tamineau (violoniste)

      73fEZUc0ffGOy06zi9jtBL0XHio.jpg

     Les musiques s’intègrent au texte  avec subtilité et délicatesse.

    Ce qui est merveilleux, c’est que l’on sent la complicité qui existe entre ces deux comédiens et ces trois musiciens.

    Dans un court moment, j’aurai l’occasion de vous faire écouter ces superbes musiques jouées par les trois musiciens du spectacle.

    Ce que  vous écoutez  en ce moment sont aussi de brillantes interprétations par de grands musiciens.

    Le décor est  plaisant : un salon style fin du 19 ème siècle.

    Les  costumes sont bien dessinés, nous les devons à Laure Norrenberg , costumière passionnée par le vêtement mais surtout par les matières. C’est une passionnée pour le costume de théâtre.

     Laure Norrenberg - Douchetchka.png

    DOUCHETCHKA

     C’est la première mise en scène  d’Elise Steenackers. Elle  étudié l’œuvre de Tchékhov, s’est plongée dans la musique russe et a longuement discuté de la pertinence sociale de l’histoire pour construire son premier spectacle de théâtre musical.

    C’est une réussite !

    Cela dit,  pourquoi a-t-elle choisi cette nouvelle de Tchékhov ?

    Elise Steenackers : Douchetchka a volé mon cœur. Je dois bien le reconnaître. J’ai beau essayer de rester critique, je trouve tout de même son histoire très reconnaissable.

    Qui n’a jamais rien promulgué sans savoir réellement de quoi il s’agit ? Qui n’a jamais  adopté la vision de quelqu’un dont il est proche ? Mais surtout, qui est capable de se donner entièrement et sans réserve à la personne qu’il aime ?

     Douchetchka est en réalité  un concert dans une pièce de théâtre.

    Un choix plutôt rare.

    Elise Steenackers : La musique joue un rôle très important dans ma vie. Je savais que le spectacle serait musical avant même d’avoir choisi la nouvelle...

    Dans ma pièce, les musiciens ont la fonction  d’un choeur grec : ils réagissent à ce qui se passe, ils ont de l’empathie pour Olga et créent un dialogue avec les  acteurs.

    Et puis, j’ai voulu que la musique donne une couleur et un élan au spectacle.

    DOUCHETCHKA/ TCHEKHOV/ELISE STEENACKERS

     Dramaturgie : Lotte Loncin

    Lumières : Vital Schraenen

    Régie : Mathieu Robertz

     (Avec des extraits du dossier Douchetchka  )

     CAFE THEATRE LA SAMARITAINE

    Rue de la Samaritaine 16  - 1000 Bruxelles

    Infos Réservations : 02 / 511 33 95

    RÉGIE : LUCAS HOYOIS

    DOUCHTCHKA

    Représentation ce samedi  01/04

    Une grande musique classique signée Tchaïkovsky avant de nous séparer.

    Merci de votre attention et de votre fidélité.

    Je vous réserve quelques surprises dans ma programmation – époque de Pâques !

    A tout bientôt .

    Roger Simons

     


     

     

     

     

    Lien permanent
  • CONCERT NISIA (CAFE THEATRE LA SAMARITAINE)

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe" , bienvenue au blog, et en musique.

    J’ai assisté hier soir à un concert formidable .

    Sur la scène : trois musiciens ou plus précisément deux musiciennes/chanteuses et un comédien/chanteur.

    C’est NISIA !

    Né en 2012 de la rencontre entre Emanuela Lodato, chanteuse et percussioniste sicilienne et Vincent Noiret, contrebassiste belge, le duo Nisia a exploré les liens entre traditions du sud de l'Italie et le langage jazz. De cette union est sorti un premier album intitulé Eredità, mettant l'accent sur la simplicité des arrangements et l'énergie spontanée et communicative d'un projet tout en pureté.

    Ils reviennent maintenant avec leur deuxième album pour lequel ils ont d'une part gardé leur identité de duo, forts de la complicité qu'ils ont acquit durant ces 5 premières années et se renforçant d'autre part de la présence de Virginia Maiorana, jeune virtuose de l'accordéon, très en vue dans le monde des musiques folk en Sicile et particulièrement appréciée tant pour la qualité de son jeu que pour cette énergie typique que les gens du sud son capables de porter dans leur musique.

    Cela donne un album tout en nuance voyageant entre chants puissants et profonds et musiques à l'énergie de feu venues tout droit des volcans de la méditerranée.

    Emanuela Lodato : Voix et percussions

    Vincent Noiret : Contrebasse, chitarra battente et voix

    Virginia Maiorana : Accordéon chromatique.

    Je n’ai qu’un conseil à vous donner : courrez ce soir à la Samaritaine pour les découvrir, les écouter , les applaudirent.

    Ils ont un talent du tonnerre. Ils ont une présence superbe . Ils sont sympathiques en diable .

    Emanuela( voix et percussions) a une voix superbe, vibrante, chantant et manipulant les instruments avec dextérité. Qui plus est , elle est très belle.

    Vincent (contrebasse imposante, voix douce et chitarra battente)est attachant derrière sa contrebasse dont il fait sortir des sons magnifiques. J’adore les contrebasses !

    Virginia( voix , accordéon chromatique ) est d’une grande discrétion, touchant son accordéon avec préciosité. Quel bel instrument aussi l’accordéon !

    Deux heures de musiques et de chants captivants.

    Il y avait quelques femmes hier soir dans la salle .

    A un certain moment , elles se sont mises à danser.

    C’était joyeux !

    Il y en aura d’autres ce soir , j’en suis convaincu.

    Procurez-vous leur dernier album « Pandora e cumpagnia » tout en nuance voyageant entre chants puissants et profonds et musiques à l’énergie de feu venues tout droit des volcans de la méditerranée.

     NISIA

    Ce 31/03/17 - 20h30

    CAFE-THEATRE LA SAMARITAINE

    Rue de la Samaritaine16- 1000  Bruxelles

    Infos Réservations : 02 / 511 33 95

    Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » , merci de votre présence sur le blog.

    Demain samedi, toujours à la Samaritaine , un spectacle théâtral que vous avez peut-être déjà applaudi dans le même théâtre : DOUCHETCHKA qui nous plonge dans la Russie des années 1898.

    J’ai vu la pièce ! J’irai la revoir demain.

    Je vous propose de prendre connaissance de ma chronique et ce , en avant-première...

    Notre moment de séparation : Emanuela , Vincent et Virginia.

    Bonne écoute !

    A bientôt...dans quelques heures ...

    Roger Simons

     

     

     

    Lien permanent
  • STINGO ( CAFE THEATRE LA SAMARITAINE)

    Amis de l'émission/blog  "Les Feux de la Rampe", bienvenue à Vous.

    « Stingo », un quintette acoustique métissé aux couleurs folk fusion, des thèmes traditionnels , actuels ou baroque réarrangés à la sauce piquante, de la poésie , du rythme et des mélodies envoûtantes...

    Tout un programme magnifique, d’excellents musiciens très sympathiques confirmés , venant d’horizons divers tels que le flamenco , le jazz , la musique ancienne ou encore les percussions du monde...

    Ils sont cinq : quatre hommes , une femme .

    Ils sont brillants, percutants  !

    De leur rencontre est née cette envie d’explorer, de bousculer, de revisiter leurs répertoires.

    Guitare, contrebasse, percussions, violon et flûtes à bec viennent corrompre des thèmes venus d’autres temps ou d’autres lieux, de la Norvège à la Turquie, du XVIIème à aujourd’hui, créant ainsi un nouvel espace-temps coloré et atypique..

    Stingo Folk Fusion.jpg

    Ils ont noms :

    Emmanuelle Weeger( flûtes à bec), née dans une famille de musiciens,

    Rafael Nunez Velazquez( violon baroque), né à Séville en 1983,

    Raul Corredor (guitares) , guitariste énergique et créatif par nature,

    Mattia Massolini(contrebasse) , né à Pavis en 1981,

    Romain Duyckaerts (percussions) ,passionné par la percussion africaine,

    Un quintette fabuleux qu’on écouterait pendant des heures.

    Quelle vitalité ! Quel rythme ! Soudés par la musique.

    Il s’en dégage un amour commun pour la musique ! Ils forment un quintette passionné et passionnant !

    Quel ensemble purement supérieur !

    Quelle bonne idée que de les engager pour deux soirs, dans ce lieu merveilleux, unique à Bruxelles , qui hélas va disparaître dans les mois à venir.

    Courage Huguette !

    Ce mercredi soir , 29 mars , courez tous à la Sama pour applaudir nos cinq musiciens qui nous régaleront du parfum musical qui est le leur.

    STINGO - 20h30

    Régie : Lucas Hoyois.

    CAFE THEATRE LA SAMARITAINE

    Rue de la Samaritaine 16 – 1000 Bruxelles ( à deux pas du Sablon)

    Infos Réservations : 02 / 511 33 95


    Un mot encore : Demain jeudi –ainsi que vendredi – un   ensemble musical « NISIA » (contrebasse, percussions, accordéon chromatique , voix et chitarra batterie  )

    Un nouveau moment musical ! Même adresse ! Même lieu !

    Amis de l'émission/blog" Les Feux de la Rampe " ,  merci  pour votre présence.

    Notre moment de séparation  : En avant première NISIA 

    A tout bientôt !

    Roger Simons


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent