• NEIGE DE SOLEIL-DANIEL SCHELL-CHRISTIAN DOTREMONT (POEME 2) + LUKAS VONDRACEK


    Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » bienvenue à Vous ! Nous allons partir ensemble dans l’extrême-nord de la Finlande , en Laponie !

     


     

    NEIGE DE SOLEIL (THEATRE POEME 2 )

    Un opéra  de Daniel Schell basé sur l’œuvre littéraire écrite par Christian Dotremont, peintre et poète bruxellois, l’inventeur des logogrammes.

    Né à Tervueren le 12 décembre 1922, Christian Dotremont rejoint le mouvement surréaliste pendant l’occupation.

    C’est en 1940, il a 18 ans. Après deux années passées à Paris, il revient en Belgique où il côtoie également les surréalistes révolutionnaires.

    De 1948 à 1951, il créée CoBra et continue son travail d’écriture graphique et poétique.

    Les années 1950 vont changer sa vie. Il rencontre Bente « Gloria », son idéal féminin .Il se découvre atteint de la tuberculose qu’il appelle « la catastrophe ». Et en 1956, il voyage pour la première fois en Laponie.

    En 1962, il invente les « logogrammes » IL atteint ainsi son objectif de rallier écriture et peinture dans une forme spontanée.

    A l’encre de Chine, il réalise ces poèmes calligraphiés.

    La création se veut spontanée, liée au mouvement, au geste non prévu.

    Sur le logogramme, il réécrit ensuite lisiblement le texte. Un an plus tard, il trace ses premiers « logoneiges » et « logoglaces » qu’il réalise à l’aide d’un bâton dans la neige ou la glace et qui sont ensuite photographiés.

    Bien que de santé fragile, il continue son œuvre en publiant plusieurs ouvrages consacrés aux logogrammes, ses voyages en Laponie jusqu’au douzième et dernier, un an avant sa mort. Il meurt à Buizingen en 1979. Il a alors 57 ans.

     

    NEIGE DE SOLEIL

     

    Segment 001 de avec Dotremont au pays des logoneiges v4.jpg

     C’est le 4 mai 1976 que Christian Dotremont repart en Laponie, accompagné d’une jeune étudiante, Caroline Chyselen.

    Le livre retrace, pour la première fois ce voyage extraordinaire. C’est le carnet de leur voyage au pays des

    « logoneiges ».

    C’est de ce texte que naît l’opéra de Daniel Schell.

    Pascal Crochet (metteur en scène) : Entre monologues parlés, chantés et mélodies, l’opéra propose un voyage poétique dans une forme libre et chorale où dialoguent musique, image et lumière.

    C’est un homme épuisé par la maladie qui fait ce dernier voyage. Entre l’exiguïté de sa chambre d’hôtel et de la page d’écriture et l’immensité de l’extérieur s’élabore un dialogue inouï : un temps où se mêlent l’expérience physique et sensible du Grand Nord et la réalité intime et poétique de l’écriture. Il ne lui reste que peu de temps à vivre.

    NEIGE DE SOLEIL

     

    neige de soleil.jpg

    Pascal Crochet (metteur en scène) Pour donner corps à l’artiste, nous avons imaginé un dispositif scénographique qui met en tension ces deux réalités : l’intime de l’habitat et la vastitude , très visible par le truchement   d’une video.

    Nous avons imaginé un dialogue entre le dedans, cette chambre d’hôtel où Dotremont passe son temps à écrire, et le dehors, cet espace vaste de la nature et de la lumière.

    Ce qu’offre le voyage en Laponie , c’est à la fois l’expérience poétique et intime de l’écriture.

    C’est une expérience centrale dans le travail, entre lumière et obscurité, entre réel et vision.

    POUR UNE FORME CHORALE

    L’œuvre musicale de Daniel Schell s’inspire du dixième voyage de Dotremont en Laponie entre le 22 avril et la fin mai 1976.

    Un voyage qu’il n’effectue pas seul , il est accompagné dune jeune universitaire , Caroline Ghyselen , qui prépare un mémoire sur son oeuvre.

    LA MUSIQUE DE DANIEL SCHELL

    Ce compositeur a rencontré Christian Dotremont dans les années 50 mais de façon furtive.

    Le père de Daniel avait photographié plusieurs membres de Cobra dont Christian et participé à la production d’un petit recueil de poèmes dont «  DIGUE », en 1957.

    Daniel Schell compose en 2010 une pièce de théâtre musical sur ce poème et des logogrammes de Christian.

    Ce travail l’incite à continuer de travailler sur cet artiste

    Sa rencontre ave Guy Dotremont , frère de Christian , et Caroline Ghyselen, accompagnatrice et photographe lors du voyage , lui permet de continuer le travail sur le voyage en Finlande.

     

    image.png

    L’OPERA

    Le livret conte une journée de Christian D., reflétant heure par heure un quasi rituel. Matin écriture, midi repas, après-midi sieste, promenade, visite au café local.

    Les textes sont empruntés, à ses poèmes, ses écrits, aux titres de logoneiges et logogrammes de cette même époque.

    Les mélodies sont écrites sur les poèmes qu’il écrivit plus ou moins en même temps, au cours de l’année 1976. Ceux-ci sont principalement issus de ‘logogrammes’ et surtout de ‘logoneiges’. Les textes des logoneiges, par nécessité, ne sont constitués que de quelques mots, alors que ceux des logogrammes contiennent parfois trois pages.

    Très curieux d’entendre ces textes interprétés musicalement en mots «hachurés »

    Daniel Schell (compositeur) La construction musicale reprend celle que j’ai déjà utilisée dans ma précédente pièce« Digue », écrite elle aussi sur un poème de Dotremont. Je reprends les logogrammes/neiges et les traduis musicalement par des actions de cordes, principalement de violoncelle. Le procédé est utilisé fréquemment dans la pièce, mais pas tout le temps. Les graphiques de logogrammes servent de thèmes pour la partition. Ils sont traduits en mouvements analogues : des mouvements ‘Cobra’ en somme. Ces thèmes graphiques, sont traités en voix seules ou multiples, en canons et autres enchaînements. Ils sont insérés dans différents types d’harmonisation.

     L’œuvre est un opéra pour un seul chanteur. La pièce se déroule dans une chambre de l’auberge.

    La pièce alterne entre monologues parlés-chantés et mélodies.

    Les mélodies sont écrites sur les poèmes qu’il écrivit plus ou moins en même temps, au cours de l’année 1976. Ceux-ci sont principalement issus de ‘logogrammes’ et surtout de ‘logoneiges’. Les textes des logoneiges, par nécessité, ne sont constitués que de quelques mots, alors que ceux des logogrammes contiennent parfois trois pages.

    En_09_neige_Man_Crop_50pc.png

     THEMES GRAPHIQUES

    Daniel Schell (compositeur) : Les graphiques de logogrammes et des logoneiges servent de thèmes pour la partition : ils sont traduits musicalement par des actions de cordes , principalement de violoncelle ...

    Le premier travail est de déchiffrage et d’isolation des logogrammes. La dynamique et la fougue du geste l’emportent parfois sur la lisibilité même si comprendre le poème set assez facile parce que Dotremont écrit toujours le texte manuscrit en clair et en dessous.

    La construction musicale reprend celle que j’ai déjà utilisée dans ma précédente pièce « Digue », écrite elle aussi sur un poème de Dotremont. Je reprends les logogrammes/neiges et les traduis musicalement par des actions de cordes, principalement de violoncelle. Le procédé est utilisé fréquemment dans la pièce, mais pas tout le temps. Les graphiques de logogrammes servent de thèmes pour la partition. Ils sont traduits en mouvements analogues : des mouvements ‘Cobra’ en somme. Ces thèmes graphiques, sont traités en voix seules ou multiples, en canons et autres enchaînements. Ils sont insérés dans différents types d’harmonisation.

    LES INTERPRETES

    Grégory Decerf, un baryton-basse à la voix prenante, accompagné par le quatuor à cordes TANA.

    Apprécié dans le domaine de l’oratorio (Bach, Mozart, Schubert...).Il est aussi appelé pour des rôles d’opera de la musique baroque jusqu’au XXIème siècle. Il est également actif dans plusieurs Chœurs de Chambre et j’ajouterai qu’il possède des dons de comédien.

    Le Quatuor à cordes TANA est lui aussi de fort belle qualité :

    Antoine Maisonhaute & Ivan Lebrun , violoniste ,

    Maxime Desert, alto

    Jeanne Maisonhaute, violoncelliste.

    La singularité du quatuor repose sur leur répertoire original et contemporain.

    Extrait de la musique composée par Daniel Schell , interprétée par le Quatuor Tana.


    NEIGE DE SOLEIL

    Une création opéra.

    Jusqu’au 12/06/16.

    POEME 2

    Rue d’Ecosse 30- 1060 Bruxelles

    Infos Réservations : 02 / 538 63 58

     

     

    Amis de l’émission/blog « Les Feux de la Rampe », merci de votre attention et de votre intérêt pour ce blog.

    Notre moment de séparation : Le pianiste tchèque LUKAS VONDRACEK, grand vainqueur du Concours Musical International   Reine Elisabeth 2016, avec son interprétation en finale du Concerto n.3 en ré mineur op.30 de Sergey Rachmaninov.

    En hommage à cet extraordinaire jeune pianiste , je vous propose de le retrouver, non pas dans Rachmaninov, mais bien dans une œuvre de Johann .Brahms

    A tout bientôt !

    Roger Simons

     

     

     

     

     

     

     

     

    • L'AUTEUR

     

    Lien permanent
  • LEHMAN TRILOGY (1) - (RIDEAU DE BRUXELLES) + "RENAUD, ON T'A DANS LA PEAU"

    Trois chapitres !

    Trois épisodes !

    Une saga à l’américaine, comme un thriller en série...addictif...

    «  Aucune montée n’est éternelle : Un jour ça redescend »

    C'est ainsi qu'Henry Lehman, émigré juif allemand, est accueilli aux États Unis le 11 septembre 1844. Il ouvre une petite boutique de tissus dans l'Alabama et est rapidement rejoint par ses deux frères. Près de deux siècles plus tard, le 15 septembre 2008, la banque d'investissement Lehman Brothers fait faillite, entraînant les bourses mondiales dans sa chute.

    Tout comme Ascanio Celestini, Stefano Massini s'inscrit dans la grande tradition du théâtre-récit italien. Du rêve américain au cauchemar économique, il choisit de raconter la grande Histoire du capitalisme au travers d'une chronique familiale haletante et effroyablement humaine.


     

    THE LEHMAN HISTORY-

    Laurent Wanson( metteur en scène) : C’est pour rendre à ce récit sa proximité et son vertige que nous ne désirons pas en faire un spectacle , mais une suite de rencontres , d’épisodes.

    Que chaque épisode soit un nouveau rendez-vous où le récit se prolonge.

    Que chaque fin d’épisode, en, laissant une place à l’aléatoire et à l’imprévisible, suscite l’envie, le désir de connaître la suite...

    Et quelle suite !!! Colossale !!!

     

     

    Un feuilleton en trois épisodes ! Une idée fantastique, comme on le faisait jadis (cela me remet en mémoire l’époque lointaine où je réalisais des tonnes de feuilletons à la RTBF, diffusés le midi, l’auditeur branché sur son « poste" )

    Trois épisodes échelonnés, avec en finalité l’intégrale !

    LEHMAN TRILOGY

    Chapitres de la chute

    Stefano Massini, l’auteur...né à Florence  en 1975.Auteur de théâtre et metteur en scène !

    Laurent Wanson, auteur , dramaturge , metteur en scène, né à Huy en 1967, un fou de théâtre passionnant !

    Trois comédiens ! Deux stars du théâtre belge :

    Angelo Bison & Pietro Pïzzuti, tous deux nés en Italie. Deux grands amis inséparables.

    Deux magnifiques comédiens, aussi auteur et metteur en scène.

    Le troisième acteur, Iacopo Bruno, en sortie du Conservatoire de Mons, élève entre autres de Lorent Wanson.

    Il a travaillé Molière, Shakespeare, Rostand, Pasolini, Hugo, Pagnol, Tchekov , Sophocle , Massinii , Pommerat...Et cela se sent ! 

    BRIBE D’UNE LETTRE AUX ACTEURS...ECRITE PAR LE METTEUR EN SCENE (en pleine répétition)

    Chers amis,

    Comme promis, je vous donne des nouvelles d’où nous en sommes , en terme de scénographie , de costumes et de musiques , car tous ces éléments mis ensemble donnent assez bien une indication de la manière dont nous allons aborder notre saga pauvre sur des pauvres qui sont devenus riches...

    Tout d’abord, il nous semble que le premier plan dans notre (nos) spectacles(s) n’est pas l’histoire des Lehman, mais le fait de raconter l’histoire des Lehman

    Les trois narrateurs, ce qu’ils racontent et la façon dont ils le racontent, est donc l’élément le plus déterminant de la mise en jeu...

    (la suite prochainement...)

    C’est intéressant de découvrir la façon dont se passent les rencontres entre comédiens, les répétitions, les mise au point...etc


     

    SYNOPSIS ABREGE : Les Lehman ont fait faillite, et là sur le plateau se retrouve , comme sur le trottoir du 119 liberty Street , un tas comme après l’expulsion par des huissiers, 2 siècles d’histoire en lambeaux se trouvent là, , de la clenche en laiton qui grince, à ce qu’il reste de la table du conseil d’administration, un bout de plaque de verre fumée brisée , les portraits vieillots   de Henry, Emanuel et Mayer et les écrans plats hyper modernes des bouts d’enseignes , les petits trains électrique , les petits avions et King Kong...

    Lorent : Un imaginaire poétique et ludique qui fait rebondir sans cesse l’action et la théâtralité.

    (Magazine Le Monde) Ce qui démarque l’auteur en premier, c’est le style... On croirait lire des contes modernes, où l’innocence le dispute à l’intelligence, où la langue est belle !

    Lorent : J’imagine, la documentation précise, avec des détails foisonnants et un souffle qui transporte, c’est le style !

    Je partage totalement ce propos !

    Lorent : Le dispositif scénique évoque un imaginaire poétique et ludique.Il créée ctte dynamique qe l’histoire est un chantier et ne préexiste pas au fait qu’on la raconte.

    L’histoire est là, en tas, disparate et on peut dès lors la faire résonner aujourd’hui.

    Le chantier de l’histoire se pioche dans les éléments historiques délaissés par la marée et l’aveuglement.

    J’imagine trois « charlots », quatre avec le musicien , laissés pour compte du système , à moins qu’ils soient des banquiers défroqués ou des licenciés d’une entreprise financée par les Lehman...Et ils racontent ensemble !

    Lorent Wanson est un excellent metteur en scène, mais aussi un merveilleux conteur.

    Lorent : Sur le plateau, les narrateurs racontent au public et parfois d’ailleurs avec le public.

    Profiter de la catastrophe de la faillite de la banque et par métaphore du capitalisme.

    Profiter de ce que sur scène , tout est à terre, à plat pour raconter de façon ingénieuse, en s’amusant de tout, en se scandalisant de tout , en s’émerveillant de tout, dans une théâtralité qui ne cesse de se réinventer..

    _mg_5560.jpg

     Et les trois comédiens, les trois charlots, font tout cela avec une habilité époustouflante , tour de main , énergie. C’est quasiment une chorégraphie. C’est percutant !

    Qui plus est, c’est drôle ! C’est étonnant ! On rit beaucoup durant les deux heures du spectacle.

    C’est plein d’inventivités, de trouvailles !

    Et la musique jouée en directe est en relation totale avec l'action.


     Lorent : Il y a quelque chose des partitions retrouvées dans tout ce cataclysme ou ce fatras de l’histoire, revisitée par l’urgence de l’instant.

    En tout cas, pour la musique comme pour l’ensemble de cette bouffonnerie tragique, il s’agit de raconter avec des restes...

     

    PERFORMANCES ET TALENTS...

    Stefano Massini  a une écriture claire, rare, d’une grande efficacité d’expression.

    Il nous baigne, les acteurs et nous les spectateur, dans un univers imaginaire et mythique.

    Lorent Wanson a l’art de diriger ses acteurs. Il le fait avec passion, compétence et intelligence !

    Pietro Pizzuti joue un double rôle : celui de traducteur du texte italien en langue française de belle qualité.

    Et celui de comédien des plus brillant, étoffé . Il nous séduit toujours et il le mérite.

    1605_08a_04434a.jpg

    Il en est de même avec Angelo Bison, grand ami de Pietro. Nous les avons souvent vus jouer ensemble.

    Angelo est un acteur qui vit intensément ses rôles.

    C’est la première fois que je le vois danser sur un plateau de théâtre.

    Iacopo Bruno, jeune comédien, s’impose immédiatement aux côtés de Pietro et Angelo.

    Alain Franco, anversois, est un véritable dramaturge musical, discret dans ses compositions inspirées de Kurt Weill, Brahms, Wagner, Bach, Chopin et bien d’autres.

     

     LEHMAN TRILOGY

    Chapitres de la chute

    Lorent interviewé par Cédric, court extrait :

    CJ : C’est un texte sous forme de trilogie : 3 spectacles de durée différente tous les soirs et en intégrale les samedis. Les trois parties sont-elles indépendantes ?

    LW : Chaque épisode peut-être vu indépendamment des deux autres. Par exemple, le dernier chapitre de la dernière pièce, qui met en scène toute une génération autour d’un téléphone, pourrait être placé à tout moment. Chaque partie contient les mêmes codes de jeu.

    J’ai vu hier soir le premier épisode que j’ai adoré.

    Quel tourbillon ! Quelle effervescence !

    Je me réjouis déjà d’en voir le deuxième épisode la semaine prochaine... et ainsi de suite.

    Un conseil, faites comme moi, vous ne le regretterez pas.

    Planning

    Episode 1 : Trois frères

    Episode 2 : Pères et fils

    Episode 3 : L’immortel.

    Bravo à toute l’équipe !

    GENERIQUE

    Angelo Bison

    Iacopo Bruno

    Pietro Puzzuti

    Fabian Fiori ou Alain Franco au piano

    Ecriture : Stefano Masini

    Texte français : Pietro Pizzuti

    Mise en scène (sur ce fatras) : Lorent Wanson

    Scénographie : Daniel Lesage(avec la collaboration de Catherine Sommers)

    Lumières : Renaud Ceulemans

    Costumes : Françoise Van Thienen

    Travail vocal : Christine Leboutte

    Assistante à la mise en scène : Caroline Bondurand

    Régie plateau : Stanislas Drouart

    Direction technique : Lorenzo Chiandotto

    Régie Lumière : Gauthier Minne

    Habilleuse : Nina Juncker

    Stagiaire : Anais Moray

    Coproduction : Rideau de Bruxelles, Théâtre Epique, Théâtre du Sygne

    Le texte de la pièce est publié aux Editions "L’Arche 2013"

    Représentations :

    Episode 1 : 24, 26, 27/05.

    Episode 2 : 31/05, 01, 02,03/06

    Episode 3 : 07,08, 09, 10/06

    Intégrales les samedis 28/05, 04/06, 11/06.

    (Suite sur le blog le jeudi 02/06 )

    RIDEAU DE BRUXELLES

    Rue Goffart 7 a – 1050 Bruxelles

    Infos Réservations : 02 / 737 16 01

    INFO :

    L’émission/blog «  Les Feux de la Rampe » va suivre avec intérêt et  le plaisir de la découverte, les deuxième et troisième épisodes.

    Suivez  ce site...

    Ecoutez bien , en lien, cette musique de Morricone  « For A Few Dollars More », en lien avec  l'histoire . C’est coton !


     

    Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe ", mille merci de votre présence.

    Prochain spectacle  du blog « NEIGE DE SOLEIL »(Théâtre Poème 2)

    Notre moment de séparation : » RENAUD , ON T’A DANS LA PEAU », un documentaire de Didier Varrod et Nicolas Maupied.

    Un magnifique portrait de Renaud à l’occasion de son anniversaire qui marque aussi cette année ses 40 ans de carrière.

    (RTBF/LA UNE - samedi 28/05 – 22h55)

    Bonne fin de semaine !

    A tout bientôt !

    Roger Simons

     


     

    Lien permanent