RHINOCEROS/EUGENE IONESCO/CHRISTINE DELMOTTE(THEATRE JEAN VILAR )+GERARD DEPARDIEU

(republication)

Amis de l'émission/blog"Les Feux de la Rampe" , bienvenue au blog.

Reprise d'un grand spectacle joué en 2016 au Théâtre de la Place des Martyrs...

Déplacement  à Louvain-la-Neuve  au Théâtre Jean Vilar.

A voir absolument !

plus-grand-rhinocéros-un-à-cornes-indien-42695891.jpg

 Non, pas ceux-là...Les autres...

 

Rhinocéros3-CréditNathalieBorlée.jpeg

La vie d’Eugène Ionesco est significative de sa création littéraire : pris entre deux langues, le roumain, langue du père, et le français, langue de la mère, il développe un esprit critique issu de distanciation implicite d’un bilinguisme acquis douloureusement ; puis, pris dans la montée des fascismes, il en tire une expérience horrifiée qui le pousse à la révolte contre toutes les idéologies et tous les conformistes intellectuels.

Le théâtre de Ionesco est le reflet de ces déchirements personnels et l’expression des angoisses qu’ils engendrent ; le pessimisme et l’anxiété percent derrière l’humour corrosif.

RHINOCEROS

Une fable dont les animaux incarnent tout d’abord des militants nazis et dont la contamination progressive de la population représente la propagation de l’idéologie fasciste.

Le choix des rhinocéros vient de la couleur de l’uniforme fasciste roumain (chemise verte et pantalon noir) et de la force brutale de ces animaux sauvages qui rappellent le char d’assaut !

La représentation de ces rhinocéros est frappante, remarquablement croquée, vivante par ses acteurs.

RHINOCEROS

La pièce d’Ionesco met en scène une typologie d’intellectuels dont la parole envahit la scène : le théoricien pur (le Logicien), les dogmatiques (Jean et Bolard), le libéral (Dudard).

Les gens simples ont peu la parole ou la délèguent facilement. Ils sont présents du début à la fin de la pièce. Ils s’expriment par une série de gestuelles chorégraphiées, avec des images fixes.

Excellente idée de Christine Delmotte, la metteuse en scène et scénographe de ce spectacle.

 

Rhinocéros2-créditNathalieBorlée.jpeg

RHINOCEROS, une production de la Compagnie Biloxi crée en 1987, dirigée par Christine Delmotte depuis sa création.

Christine est une metteuse en scène tout à fait extraordinaire, pleine d’idées originales et d’inventivité.

Elle nous étonne à chacune de ses réalisations.

Ce qui est encore le cas avec « Rhinocéros »

LE FANATISME MENE TOUT DROIT A LA BARBARIE.

 Christine Delmotte : C’est la seconde pièce de théâtre d’Ionesco que je mets en scène.

Le personnage principal, Bérenger, double tragi-comique d’Ionesco, est le même que dans « Le roi se meurt », une autre pièce toujours d’Ionesco que j’ai montée également aux Martyrs, mais avec d’autres problématiques.

Le rêve/cauchemar y est toujours présent avec ses logiques insolites, ses délires pour raconter le monde.

Pietro Pizzuti continue avec nous la recherche débutée il y a deux ans.

Pietro en scène, c’est toujours une révélation et un bonheur !

Rhinocéros4-CréditNathalieBorlée.jpeg

Christine : Ionesco se plonge dans ses propres tourments, son histoire personnelle pour nous raconter la grande histoire de l’humanité !

Derrière le rire d’Ionesco, il y a la mise en exergue de la difficulté de communiquer.

« L’enfer n’est pas ailleurs, l’enfer est ici, il est en nous, nous sommes l’enfer » 

Christine : Nous sommes des individus, pas des masses, nous rappelle Ionesco par ses métaphores.

C’est en individus particuliers et différents que nous voulons être bien traités par nos démocraties et ses lois laïques à rappeler constamment. La laïcité est la seule garantie de l’égalité pour nos démocraties, une force importante contre les fanatismes de tous poils.

J’ajouterai encore que l’un des grands défis théâtraux de cette pièce de théâtre est de trouver, sur le plateau, une concrétisation particulière pour ces rhinocéros.

Je m’intéresse pour ce faire aux rythmes de groupes, de masses : gum-boot, tap-boots,body-claping, rythme corporel...

Ces mouvements et ces sons d’ensemble me racontent « cette nature qui a ses lois » comme le dit Jean, avant de devenir rhinocéros.

« La morale est antinaturelle » ajoute-t-il en braillant. Il veut remplacer la loi morale par la loi de la jungle. Béranger lui répond : « Réfléchissez, voyons, vous vous rendez compte que nous avons une philosophie que ces animaux n’ont pas, un système de valeur irremplaçable »

Cette opposition nature/culture est constante dans la pièce. La violence animale proposée par les rhinocéros nous rappelle bien des fanatismes d’aujourd’hui autour du monde...

(Propos tenus par Christine Delmotte)

 

RHINOCEROS

Cette pièce suscite une attention permanente durant le déroulement de l’action.

C’est passionnant à suivre, de par le sujet de la pièce, de par la mise en scène, la scénographie , le jeu formidable des neuf comédiens.

Un grand moment de théâtre !

Ionesco : J’ai pensé avoir tout simplement à montrer l’inanité de ces terribles systèmes, ce à quoi ils mènent, comme ils enflamment les gens, les abrutissent , puis les réduisent en esclavage.

Christine Delmotte : « Rhinocéros » a l’esprit d’innovation, de provocation des premières pièces d’Ionesco. Elle mélange les genres et les tons, le comique et le tragique..

Béranger découvre la complaisance de son entourage face à une étrange épidémie qui transforme les hommes en rhinocéros.

Une pièce contre les hystéries collectives et les épidémies qui se cachent sous le couvert de la raison et des idées.

C’est une comédie qui nous parle des tentations contemporaines pour les diverses formes de fanatisme.

C’est pour rire tout en méditant !

« RHINOCEROS » est la pièce à élever au rang de mythe avec sa présentation d’une vision du monde et d’interrogations de dimension collective sur l’homme !

92 minutes d’un théâtre fort, rigoureux !

A voir sans hésiter !

Christine Delmotte nous offre un spectacle rare, tenace, éclatant, doté d’une mise en action d’exception.

Rhinocéros4-CréditNathalieBorlée.jpeg

 Neuf acteurs vigoureux, énergiques  avec en tête le remarquable Pietro PIZZUTI (Béranger) auprès de qui s’aligne l’excellente comédienne , attachée aux Martyrs depuis un long moment : Isabelle de BEIR (Daisy)

A leurs côtés : Christophe DESTEXHE( Dudard et le serveur), Fabrice RODRIGUEZ (Jean) , Aurélie FRENNET ( L’épicière et Madame Bœuf) , Gauthier JANSEN ( Le logicien et Botard), Julia LE FAOU (La ménagère et la femme de Monsieur Jean) , Camille PISTONE ( L’épicier , le pompier et Monsieur Jean) , Laurent TISSEYRE(Le vieux monsieur et Monsieur Papillon)

Bravo à tous, que nous applaudissons dans leurs interprétations.

A l’équipe visuelle des acteurs, je joins l’équipe technique qui travaille derrière le décor : Nathalie BORLEE (Eclairage et direction technique), Noémie VANHESTE(Collaboration scénographique), Fabian FINKELS   (Bande son) Fanny DONCKLES(Assistanat à la mise n scène et video) , Zoé SEVRIN ( Régie Mouvements), Camille FLAHAUX( Costumes), Melvin TAIDER Régie générale), Ambre CRISTOU ( Régie plateau) , Mélanie CHAUPRADE( Régie costumes) , Charlotte DUMONT (Production et Administration), Anna GIOLO Presse et Diffusion), Elise MAROT et Vanille PAULET Stagiaires)

Bravo à tous que nous applaudissons pour leur travail respectif.

Félicitations sincères à Christine DELMOTTE pour ses recherches, ses inventions, sa mise en scène, son travail avec les acteurs et sa scénographie des plus personnelles.

PROPOS

Peu de photos sur ce blog pour vous permettre de découvrir ces « Rhinocéros-acteurs » sur le plateau Jean Vilar.

Les voilà en répétition.

 

Rhinocéros-créditNathalieBorlée.jpeg

Maquillés et habillés, c’est autre chose !

RHINOCEROS/Eugène IONESCO

Jusqu’au 21/04/17

THEATRE  JEAN VILAR

Rue du Sablon  - 1348 Louvain-la-Neuve (centre)

Infos Réservations : 0800/25325

 

Amis de l’émission/blog «  Les Feux de la Rampe », merci pour votre attention et votre présence aux programmes du blog.

Notre moment de séparation : Demain vendredi 14/04 à 20h55 sur France 3 :  "GERARD DEPARDIEU,L'HOMME DONT LE PERE NE PARLAIT PAS"

Un documentaire à saisir !

Bonne soirée et à tout bientôt !

 

Roger Simons


 

 

 


 

 

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.