(3) PAUSE THEATRALE- TCHEKHOV (RIDEAU DE BRUXELLES)- JEAN ROCHEFORT- ETIENNE DAHO

 

Vivement dimanche s’exclame Drucker !

Vivement mardi s’exclament les feux de la rampe...

 

Anton Tchekhov débarque  au Rideau de Bruxelles avec sous le bras son texte de « Vania »

 

 Astrov : Il faut être un barbare sans conscience pour brûler dans son poêle toute cette beauté, pour détruire ce que nous ne pouvons pas créer.

Lhomme a été doué de raison et de force créatrice pour multiplier ce qui lui a été donné, mais jusqu’à présent il n’a rien créé , il a détruit. Des forêts  il y en a de moins en moins , les rivières s’assèchent , le gibier disparaît , le climat est détraqué , jour après jour, la terre devient plus pauvre et laide...

 

Un cruel jeu d’occasions manquées, de drames en sourdine , dans un monde en train de basculer...

C’est du Tchekhov quoi !

C’est "Le Rideau de Bruxelles" au Théâtre Marni.

Je vous en reparlerai au lendemain de la première représentation...


 

 

 

On  peut le voir ce 31 octobre à la télé (Arte) dans le film de Patrice Leconte «  Le mari de la coiffeuse » dont vous venez de voir un extrait sur ce blog : Jean Rochefort.

 

 

JEAN ROCHEFORT, LE JEUNE HOMME  DE PROVINCE QUI SE REFUGIAIT DANS LA FICTION !

 

La chaine TV5 lui rend hommage en programmant la fameuse émission « Un jour, un destin ! » (01/11- 21h TV5)

 

J’ai  voulu, moi aussi, lui rendre hommage en vous proposant un extrait de l’une de mes interviews avec ce « Chevalier de la Légion d’Honneur »

 

C’est un homme charmant, plutôt solitaire, cavalier seul, qui , très étrangement - à force peut-être de mélancolie et d’ennui – avait envie de se réfugier dans la fiction. Une espèce d’envie animale et abstraite parce que le quotidien et la vie réelle lui apparaissaient très lourds  à porter et qu’il n’était adapté à rien d’autre.

 

L'INTERVIEW

 

Je vous ai vu un jour à la télévision française déclarer ceci : « Pour  faire du théâtre ou du cinéma,  il faut s’investir ».

 

Jean Rochefort : Bien  sûr ! Si on ne s’investit pas, il faut s’arrêter ! Il faut continuer à croire – et c’est bien là le magnifique et le ridicule de notre métier - que c’est la chose la plus importante au monde alors que rien n’est plus frivole et en apparence inutile. C’est grotesque, lamentable et formidable à la fois. 

 

J’ai toujours suivi avec plaisir  vos interprétations au cinéma, vos  interviews  face aux journalistes de la télé. Vous êtes terriblement authentique  dans l’interprétation de vos personnages, que ce soit à la scène ou au théâtre.

 

Jean Rochefort : Cela me touche beaucoup ce que vous me dites là.

 

- C’est sincère ! Vous nous apportez l’émotion et le rire.

 

Jean Rochefort : Merci. Vous êtes gentil.  Vous savez, faire rire est un don du ciel. Cela ne s’apprend pas. Aucun  cours dramatique ne donne à un acteur le sens du comique, le trait drolatique d’un personnage.

Faire rire, c’est magnifique ! C’est une grande joie pour un acteur de savoir que son corps et sa voix sont en harmonie pour déclencher  en quelques secondes un vrai bonheur chez le spectateur.

 

 - Vous avez dit un jour ceci : «  Notre art, c’est d’aller chercher dans notre acquis tout ce qu’on est et tout ce que l’on a vécu ». Est-ce que je me trompe dans votre propos ?

 

Jean Rochefort (riant) : Non, c’est exact !  Mais dites donc, vous m’avez drôlement étudié avant de me rencontrer.  Cela me plaît ! Je ne renie pas un seul instant mon propos, bien au contraire.

 

Enregistrer, voir, déglutir, tel est le pélican. Nous, les acteurs, sommes là pour ça : regarder la vie et la restituer. C’est superbe cela !

..........

 

L’humour...

 

Jean : C’est un rempart qui m’est nécessaire comme de manger, boire . Sinon, on a peur !

 

Curieux ?

 

Jean : Encore, toujours. Heureusement. Pourvu que cela dure !

 

Angoissé ?

 

Jean : De plus en plus !      

 

Extrait de l’une de mes rencontres sympathiques avec Jean Rochefort. L’interview complet figure dans mon bouquin à paraître sous le titre bien évidemment «  Les Feux de la Rampe »

 

 

 

 

 

LE THEATRE  EST EN CONGE

LE CINEMA EST EN PLEINE PROJECTION.

 

 

J’ai quatre films à vous proposer pour vos courtes vacances.

Je vous en ai déjà parlé.

Petit rappel :

 

«  La grande Bellezza "  pour Toni Servillo


 

« Boyhood » pour Patricia Arquette

 

 




 

« Samba » pour Charlotte Gainsbourg


 

"Gemma Bovery" pour Fabrice Luchini


 

 

Amis du blog,  merci pour votre assiduité et votre attention.

Rendez-vous demain, premier jour de novembre .

Notre moment de séparation : On ne l'avait plus vu depuis longtemps.

Il nous revient ce soir , 31 octobre, au Forum de Liège : ETIENNE DAHO  , baptisé " parrain de la pop française"

Bon spectacle si vous habitez Liège.

Bonne écoute!

Bonne vision des quatre films.

A tout bientôt.

 

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.