(2)PAUSE THEATRALE : ESPIRITU 1 & PALIMPSESTE ( LES BRIGITTINES)

 

Une  magnifique  soirée composée  de deux oeuvres chorégraphiées.

 « Espiritu I »  un tableau en mouvement constant.

A l’instar des cellules, des êtres du minéral comme du végétal dans la vie, tout se transforme , tout est transformé , nous sommes en recyclage permanent. En construction et destruction  simultanées. C’est le travail des secondes. Celui du Temps ! Un concept de Marielle Morales.

Espiritu_SaraSampelayo_10x15.jpg

-

En deuxième partie, création en Belgique de « PALIMPSESTE »   de et avec Michèle Noiret.

Une chorégraphie superbe. On connaît le talent merveilleux de cette danseuse !

 

Palimpseste_01_SergineLaloux.jpg

 

« Palimpseste » est né de l’idée que la création d’une œuvre peut  s’inscrire dans la relecture d’une pièce ancienne et s’inventer à partir d’un travail déjà accompli.

« Solo Stockhausen » rend  hommage à l’influence qu’à eue sur l’écriture  chorégraphique de Michèle Noiret l’œuvre du compositeur allemand Karlheinz Stockhausen (musique électroacoustique) , rencontré très tôt dans sa carrière.

Naîtra plus tard le film «  Solo » adapté  du spectacle et réalisé par le cinéaste Thierry Knauff en 2004.

 


Michèle Noiret : Je me suis inspirée cette fois du film pour revenir à la scène , j’ai voulu créer ainsi une sorte de palimpseste (transtextualité) , où les traces du spectacle et du film seraient réinventées dans une nouvelle version.

Un exemple vibrant d’une démarche artistique où les relations entre la danse et le cinéma sont sources d’inspiration constante ; elles résonnent et se fondent dans une écriture scénique originale.

Un magnifique travail de Michèle Noiret : l’écriture, le concept et l’interprétation.

Un spectacle très largement applaudi par un public  des plus nombreux.

Ces deux oeuvres se joueront encore ce mercredi soir.

A propos  de " Palimpseste"

 

Palimpseste_02_SergineLaloux.jpg

 

« En entrant en scène, Michèle Noiret, de noir vêtue, semble être retombée en enfance.

Empruntant u mime et parfois, dirait-on,  au kabuki, elle nous a livré avec simplicité et humour une magnifique prestation.

Tantôt séductrice, tantôt appliquée, elle a réussi à captiver la salle avec des gestes d’une précision gracile.

Si le propos nous échappe parfois, l’art de Noiret est de convaincre et toucher sans autre besoin de clés. »

(Pierre)

 
 

Le régisseur s’empare du brigadier et frappe les trois coups...Rideau !

Non, cela ne se pratique plus au théâtre, si ce n’est rarement, pour le plaisir ! Fi des traditions.

Que se lève le rideau rouge...

Non, il n’y a plus beaucoup de rideaux rouges dans les théâtres. Si au Parc, à la Comédie Claude Volter, aux Galeries... et d’autres occasionnellement !

 

MARDI - QUATRE NOVEMBRE !  CA DECOLLE


 

 

Vingt ans, ça se fête !

Vingt ans de succès ! Vingt ans de joie et de travail, ça se fête aussi !

 Et pour commencer le mois de novembre, le couple du Théâtre Le Public ,  mari-femme , co-directeurs, metteurs en scène , comédiens  s’en viennent jouer sur les planches de la grande salle du Théâtre , un vaudeville de Bernard Cogniaux, écrit pour la circonstance  : FINEMENT JOUE !

 Le couple dont il est question et fêté tout bientôt : Patricia Ide et Michel Kacenelenbogen.

 

Eux deux : Mesdames et Messieurs , on a une envie folle de tout mettre à l’envers, sens dessus-dessous , et de s’en réjouir !

 

 Vingt ans déjà avec ce  théâtre...aux trois salles...C’est quasiment unique !

 Vingt ans de succès répétés !

 « Finement joué », j’en suis convaincu ! Y a de la joie !

 Je vous en reparlerai tout bientôt.

 A la même date, le 04 novembre , réouverture du Théâtre National avec « Cabaret du bout du monde » d’Axel De Booseré & Maggy Jacot et une musique  de Marc Hérouet.

 

A la même date au Théâtre de la place des Martyrs , un spectacle tout différent : «  Les Mains sales »  de Jean-Paul Sartre.

 

Et toujours à la même date, le Rideau de Bruxelles affichera une œuvre de Tchekhov « VANIA »

 

 Eh ben dites - donc, on ne s’ennuie pas à Bruxelles. Ca tourne serré !

 

DU COTE DU CINE...D’HIER

 

A  21h ce soir ,  à la Cinémathèque , le grand Hitchcock avec son film « Topaz » réalisé en 1969 , avec Frederick Stafford et trois comédiens français :  Dany Robin , Michel Piccoli et Philippe Noiret.

 

 Syno : La défection d’un haut fonctionnaire soviétique va permettre de démasquer le traître qui, au sein  des services secrets français, travaille pour l’URSS.

 

Un thriller d’espionnage qui vaut par ses remarquables scènes cubaines et ses acteurs français...et Alfred !!!

 

 

 DU COTE DU CINE... D’AUJOURD’HUI

 

 «  Tokyo fiancée »  un film belge réalisé par Stefan  Liberski, ,d’après le roman d’Amélie Nothomb, avec Pauline Etienne et Taichi Inoue.

 Syno : La tête pleine de rêves, Amélie 20 ans, revient dans le Japon de son enfance. Pour gagner sa vie, elle propose des cours particuliers de français et elle fait la connaissance de Rinri, son premier et unique élève, un jeune japonais avec lequel elle va lier une relation intime..

Faisons confiance à Amélie !

 

 

Amis du blog , je vais devoir vous abandonner pour quelques heures.

Merci pour votre attention et votre fidélité.

Notre moment de séparation : un musicien et pas n’importe lequel : Ibrahim Maalouf, ce grand trompettiste libanais, l’illusionniste , en représentation demain jeudi à Bozar.

 

 Ibrahim : Le showbiz, c’est de l’illusion, C’est faire rêver les gens. Mais le faut-il vraiment ? Pourquoi ne pas être transparent ?

 (réaction  du musicien publiée dans Le Mad)

 

 On se l’écoute !

 A tout bientôt.

 

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent

Les commentaires sont fermés.