• L'EVENEMENT AU THEATRE 140 : TAUBERBACH

     

    Voici un spectacle de danse tout à fait particulier, hors du commun.

    Une espèce d’œuvre de compassion.

     

    Tauberbach©ChrisVanderBurght_6.jpg

     

    Ce n’est pas le premier de ce ballet  C de B. J’en ai retenu deux autres dont la forme est semblable au tout dernier «  Tauberbach ».

     


     

     Une deuxième vidéo pour bien entrer  dans cet esprit platélien.

     


     

     

     


     

     Jo Dekmine (directeur du 140) : Ce spectacle est une  projection psychologique de l’idée maitresse de l’œuvre , la vison qu’Alain Platel et sa complice , la comédienne Elsie de Brauw , ont d’une certaine humanité dépossédée.

     

    Tauberbach©ChrisVanderBurght_2.jpg

     Jo Dekmine : Platel opte de continuer à explorer et développer son langage de mouvement connu comme «  la danse bâtarde ».

    On essaie de découvrir la gestuelle qui naît au moment où « les danseurs se blottissent dans ce coin du cerveau encore préservé de toute civilisation ».

    Cette fois-ci, l’idée de faire cette création émane d’une demande de l’actrice du NTG , Elsie de Brauw  qui voulait réaliser un spectacle  unissant danseurs et acteurs.

     

    Tauberbach©ChrisVanderBurght_3.jpg

     

     Depuis longtemps, Platel et de Brauw suivent le travail l’un de l’autre.

    Le point de départ provisoire est «  Estamira », un documentaire de Marcos Prado racontant l’histoire d’une femme atteinte  de  schizophrénie qui vit et travaille dans une décharge des environs de Rio de Janeiro. Une femme qui a développé sa propre forme de communication,  très singulière.

    Pour ceux qui entendent le portugais,  je propose un extrait de ce documentaire  très vrai et très significatif.

     


     

     Cette femme s’est inventée une langue qui lui  permet  de communiquer avec des forces astrales.

     

     TAUBERBACH

     Une déchèterie apocalyptique !

    Des danses disloquées remarquablement  interprétées par de fameux danseurs.

    Un travail  de trouvailles, d’inventions, de  mise en scène, de mouvements  conçu par Platel et  exécuté par ces cinq artistes de grand talent !

     

    Jo Dekmine : C’est le thème de cette création : vivre, survivre avec dignité dans des conditions quasi-impossibles.

     

    Tauberbach©ChrisVanderBurght_4.jpg

     Au-delà  de la souffrance qu’elle visite, chaque création de Platel est un ode à la vie qui nous rappelle l’infinie ressource dont nous disposons, même dans les moments les plus désespérés.

    Une vision profondément humaniste et passionnée.

     

    TAUBERBACH – UN SPECTACLE ETONNANT ! REMUANT !

     

     

     

    Tauberbach©ChrisVanderBurght_5.jpg

     

     Dès la première image scénique ,  nous sommes plongés dans une ambiance  vivante,  démente , disloquée, désarçonnant, désorganisée ,  un terrain rempli  de vieux vêtements jetés pêle-mêle un peu partout , cinq tonnes de vêtements, et sur lesquels dansent d’une manière excessive deux jeunes femmes et deux jeunes hommes complètement dégingandés, possédés
    Une femme (la comédienne)  les regarde, les surveille , entraînée par tout ce monde en pleine folie.

     

     « Alain Platel prouve une fois de plus  que son inspiration ne tarit pas, qu’il sait s’entourer d’interprètes exceptionnels, que jamais il ne se laissera attraper par le formatage et la bien-pensante , qu’il reste libre avant tout. » (Pariscope)

     


     

     

     

     

     

    « Une image paradoxalement flamboyante de dépotoir comme on en voit dans les périphéries et les zones urbaines ultra pauvres. D’emblée, le sujet de « Tauberbach »  est donné. Il est décliné avec acuité, férocité même ,  avec ce talent sidérant d’Alain  Platel pour chorégraphier la pulsation sauvage de la déglingue mentale et de la survie. (Le Monde)

     

    TAUBERBACH – UNE POESIE BRUTALE !

     


     

     D’autres sources  d’inspiration pour cette production sont « Tauber Bach », une musique de Bach par des sourds, et les arias de Mozart qui sont chantés en live.

     

    J’ai entendu des spectateurs rire aux éclats. Comment peut-on rire en voyant ces  êtres humains  complètement détériorés, casés, dégradés.

    A chacun à  recevoir le spectacle comme il le ressent !

     

    Jo Dekmine : Le 140 suit le chemin d’Alain Platel depuis «  Bonjour Madame et Moeder en kind » qu’il mena avec Arne Sierens.Que de belles mémoires !

    Je fis moi-même un portrait d’Alain pour l’opéra national et il témoigne de mon aventure dans une édition d’Alternatives théâtrales qui fut consacré au 140 en 2010.

     


     

    CINQUANTE ANS DE CREATIONS !

     

    Une performance pour Jo Dekmine qui poursuit avec  énergie, courage, passion sa magnifique aventure théâtrale.

    Chapeau Jo !

     Très bientôt , il vous racontera sa vie  théâtrale des plus intensives  et  son bonheur de gérer son théâtre 140 depuis 50 ans.

    A suivre donc !

     

     TAUBERBACH

    Conception et mise en scène :Alain Platel

    Créé et joué par

    Bérangère Bodin

    Elie Tass

    Elsie de Bauw

    Lisi Estaras

    Romeu Runa

    Ross Mc Cormack

    Dramaturgie : Koen Tachel et Hildegard De Vuyst

    Direction musicale : Steven Pengels

    Création son : Bartold Uyttersprot

    Création lumières : Carlo Bourguignon

    Costumes : Theresa Vergho

    Décor : Alain Platel et Les ballets C de la B

    Crédits photographiques  : Jacques De Backer

     

    Théâtre 140

    Avenue Plasky  140  - 1030  Bruxelles

     

     Je vais prendre congé de Vous pour quelques heures, le temps de découvrir ce personnage , lui aussi très curieux  qui se prend pour Don Quichotte de la Mancha !

    Ah oui, la musique avant de disparaître :  un aria de Mozart comme dans la pièce  fulgurante «  TAUBERBACH »

     Merci de votre attention et de votre fidélité.

     

    Roger Simons

     


     

     

    Lien permanent
  • SOLOS KARINE PONTIES & ERIC DOMENEGHETTY (THEATRE DE LA VIE)

     

    «  La danse de la chorégraphe Karine Ponties refuse la gratuité esthétique et exacerbe des histoires souvent bizarres sans les illustrer lourdement. Assurément une expédition à entreprendre en biffant tous les clichés. (Télérama)

     

    J’ai vu le spectacle hier soir. Sincèrement, j’ai été quelque peu déçu.

    Quand je dis «  j’ai vu », je devrais plutôt dire «  j’ai aperçu »

    Tout se passe  quasiment dans l’obscurité.

     

    Soi (c) Guillaume Fromentin.jpg

     

    Karine : C’est un temps d’intimité dans la recherche, dans la démarche et dans le rapport au public à travers différents solos hybrides et condensés où la danse ne tient pas forcément place au centre.

     

    SOI

     

    Karine Ponties : Jamais on n’est soi. On ne se ressemble pas, on ne se connaît pas. On se donne vie, on naît de sa propre main. On est le temps d’une vie, d’un instant. On disparait sous une autre forme  enseveli, replié, modelé, écrasé.

    On naît golem, boue de langues, de veines, de sensations et de sang. Edifice variant, muant au cœur duquel , dans la tourmente, résistance , résignation  et joie , encore et encore, laissent présager de SOI.

     

    L’univers des créations de Karine Ponties se caractérise par son sens de l’absurde, son exploration de l’intimité,  de l’organique et des relations humaines.

     

    Un court entracte  permet le changement du décor. C’eut été amusant  de suivre le travail de démontage des deux assistants... en musique. Cela devenait  un vrai numéro.

     

    Deuxième partie du programme : BABIL   interprété «  brutalement » par Eric Domeneghetty.

     

    BABIL2HD_Jean-Pierre_SURLES.jpg

     

     Un corps s’élevant au-dessus de son propre chaos , on le dirait atteint aux jambes d’un mal compliqué. Une identité trouée, une pensée trouée , un langage troué qui s’exerce à la naissance de la langue.

     

     

    Jean-Pierre_SURLES_BABIL3HD.jpg

     

     

     

    Les mots-souffles , un corps nouveau , un projet d’exil  un rêve en action jusqu’au bout. Des premiers aux derniers pas, l’homme ne fait après tout que tenter de rester debout. De la terre à l’épine dorsale, la verticalité comme principe mais aussi comme question .

    Comme s’il fallait ne pas s’arrêter de naître.

     

    Ces deux textes sont publiés dans le programme. Je vous conseille d’en prendre connaissance avant le spectacle. Vous pourrez mieux  le comprendre.

     


     

    Comment Eric arrive-t-il à  cette performance  avec son corps , sans le détruire ?

    Question à poser à l’artiste !

     

     

    SOLOS

     

    Jusqu’au 1er mars 2014

    Infos Réservations : 02 / 219 60 06

     

     

     

    SOI  : Conception et chorégraphie :Karine Ponties

    Collaboration artistique : Guillaume Toussaint Fromentin, David Monceau et Eric Domeneghetty.

     

    BABIL : Interprétation et texte : Eric Domeneghetty

    Conception et chorégraphie : Karine Ponties

    Musique originale : David Monceau

    Lumière : Julie Petit-Etienne

    Adaptation : Guillaume Fromentin

    Costumes : Samuel Dronet

    Production : Dame de Pic – Cie Karine Ponties

     

     

    Prochain spectacle : BLACKBIRD,  à partir du 05/03.

    Je vous laisse en compagnie  d’une vidéo  voisine de celle  d’Eric.

    A tout bientôt avec Alain Platel et ses danseurs, actuellement au Théâtre 140.

    En avant-première , une photo de ce curieux spectacle de danse...

    Merci de votre attention et fidélité.

     

     

    Roger Simons


     

    Et voici la photo  : TAUBERBACH

     

    Tauberbach©ChrisVanderBurght_6.jpg

     

     

     

     

     

     

    Lien permanent