• YOUPI , C'EST LA RENTREE (2)

    Bonjour Bonsoir !

    Rendez-vous...ici... ailleurs... pour le plaisir...pour la découverte...pour réfléchir...pour applaudir...pour rire...pour l’émotion...rideau !

    Au  fait, connaissez-vous  cet illustre Café-Théâtre   « LA SAMARITAINE » sis rue de la Samaritaine, à quelques mètres du Sablon ?

    Connaissez-vous la directrice de ce lieu magique ? Oui, bien sûr ! Huguette Van Dyck, toujours souriante, toujours accueillante.


     

    images.jpg

    Elle mérite certes tous nos compliments pour la programmation de ses spectacles  et dieu sait s’ils sont nombreux, un ou deux chaque semaine. Et à chaque fois  de qualité, que ce soit des concerts ou du théâtre.

    L’ambiance y est extraordinaire.


    Huguette : Sans prétention aucune,  j’ai proposé, pour la saison 2011/2012, 46 spectacles au cours de 187 soirées où j’ai eu le plaisir  d’accueillir mon cher public.

     

    Et il en sera de même  pour la nouvelle saison théâtrale 2013/2014. Jugez plutôt. En avant-première,  je vous propose  de jeter un œil (et pourquoi pas les deux !) sur les bons moments qui vous attendent ...


     

     

     CHIMERES BLEUES  , une rencontre entre deux univers décalés : le ragtime mélancomique , l’inspiration, classique , les sons électroniques d’Olivier Terwagne(chant, claviers, accordéon, toys) et le jeu de guitare original de François Degrande nourri par le son argentin et le picking légèrement country

     (chant, charango, guitare)

     (le mercredi 4 septembre à 20h30)

     

     

     

     

     SANDRA LIRADELFO,  une jeune chanteuse belge qui cisèle les mots et la langue française avec passion. J’aime ça : la passion !

    Elle vous parlera  de Son Univers, il paraît que c’est un truc alambiqué, mais simple à la fois  où règnent la poésie, l’humour, la sensualité !

    Antoine  à la trompette et aux percussions ainsi que Marine au violoncelle, l’accompagneront.

     (du jeudi 05/09 au samedi 07/09)

     

     

     


     LOLA BONFANTI, une autre chanteuse et contrebassiste, jouera ses contrastes de ses amours musicales qui se bousculent entre ballade-jazz, swing, pop et ses compositions originales.

    Victor est à la guitare, Gaspard au saxe ténor, Ben à la batterie

     Cela promet du rythme !

     

    (le mercredi 11 septembre)

     

     

     


     

    THE WILD PARTY d’après le roman de Joseph Moncure March, mis en scène et adapté scéniquement par Frederik Haugness , avec Laurent à la batterie, Samuel à la basse, Grégory à la trompette et Mathieu au piano.

    Et ce grand comédien  (que vous avez applaudi la saison dernière dans     « Claque ») : Benoît Verhaert , de retour à la Sama pour vous raconter cette histoire d’amour, d’alcool, de sexe et de jazz qui nous plonge au cœur du New York des années , en pleine prohibition.

    Ce spectacle a déjà été joué  plus d’une fois mais croyez-moi, il mérite vraiment d’être revisité.

    Ca chante,  ça danse, ça boit, ça sniffe, ça hurle, ça pleure, ça touche et  les quatre musiciens ainsi que Benoît sont formidables.

     

    (du jeudi 12 au samedi 14 septembre)


     


     


     

     Un violon , une contrebasse , trois guitares et une voix vigoureuse, c'est le groupe des J.J.B (Jeune Jazz Belge).

    C'est un univers tendre et en même temps animal , qui fusionne avec l'énergie explosive du jazz manouche...On imagine Django et Stéphane Grappelli échangeant des solo , accompagnés par une section rythmique à l'esprit punk pendant que Tom Waits , Jacques Brel et Louis Amstrong récitent leurs plus sombres histoires.

    LA FEMME BELGE , c'est quelque chosez d'intensité apocalyptique...

    Ils se nomment : Sam Coenegrachts , Geert Van Haelen, Frédérique Everaert, Filip Vandebril et Rik Sturtewagen.

     Et après ? De la musique, encore de la musique  et des chansons avec entre autres : Melissa Bruscella  et sa « Joséphine...Baker »

     

     

     


     

    Et ensuite Ann Gaytan dont  Léo Ferré a dit : « Cette fille est comme un outrage à l’imbécillité de ce métier »




    (Mélissa, du mercredi 18 au samedi 21 septembre – Anne, du jeudi 26 au samedi 28 septembre)

     

    Et alors, vous ne trouvez pas ces programmes  magnifiques ?

    Réservez ou prenez vos renseignements  au numéro : 02 511 33 95

     

    Et bon plaisir...

    Tout bientôt : « Youpi, c’est la rentrée » 3 !

    Et dans l’immédiat, une vieille chanson française de Paul Misraki et André Hornez, créée par Charles Trenet et interprétée dans sa version moderne par  Patrick Bruel et Johnny Hallyday «  Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux... »

     

    Roger Simons

     

     

     


     
     

     

     

     

     

     

    Lien permanent
  • YOUPI ! C'EST LA RENTREE...( Note 1)


     

     

    Profusion  exaltante de spectacles tant à Spa qu’à Bruxelles durant ces deux mois de l’été 2013,  j’ai vu une quarantaine de pièces et pratiquement toutes de super qualité.

     

    Je partage totalement  les impressions  de Mijanou, spectatrice attitrée du blog,  qui a concocté un dossier remarquable sur  les onze jours du Festival Royal de Théâtre à Spa.

    Vous pouvez en prendre connaissance  sur mon  blog  « les feux de la rampe »  sous le titre de : SPA VU PAR MIJANOU.

     

    « L’action du théâtre comme celle de la peste est bienfaisante, car poussant les hommes à se voir tels qu’ils sont, elle fait tomber le masque, elle découvre le mensonge, la veulerie, la bassesse, les tartufferies ». (Antonin Artaud)

     

    FLASHS  - PREMIERS  JETS DE SPECTACLES !

     

    Bruxelles. Saint-Josse ! Direction : rue de Braemt n° 64-70 pour rejoindre  ce grand théâtre à trois salles qu’est LE PUBLIC !

     

    RACE   de David Mamet.

    Un homme blanc et puissant est suspecté d’avoir violé une femme noire...

     

    PROMENADE DE SANTE  de Nicolas Bedos

    Une jeune femme écoute de la musique, assise sur un banc dans un parc.

    Un homme surgit et écrabouille la petite radio...

     

    MADAME MARGUERITE  de Roberto Athayde

    Marguerite est le fantasme du prof qu’on aurait bien voulu croiser une fois dans sa vie de lycéen...

     

    Trois grandes pièces, d’origine différente :   USA, France, Brésil.

     

    FLASH

     

    Bruxelles. Etterbeek, rue Père Eudore Devroye n°2,  près de Montgomery.

     Collé au collège, le THEATRE SAINT-MICHEL qui a repris son souffle   et entame une nouvelle carrière gérée par un jeune comédien que je vous présenterai tout bientôt...

     

    FLASH

     

    J’espère que vous êtes un adepte de l’XL THEATRE  sis rue Goffart 7a, en plein quartier d’Ixelles.

    Bernard Damien, le directeur,  va y faire ses adieux en présentant quatre spectacles : le premier étant une œuvre de Neruda  LE PRINTEMPS DU MONDE, le deuxième de Feydeau ECLATS DE RIRRRES , le troisième

    COQUINS COQUINES..., le quatrième et dernier AINSI PARLA ZARATHOUSTRA  de Niezsche...

     

    FLASH

     

    Près du Cinquantenaire, au numéro  210 de la chaussée St Pierre, l’ATELIER   210 ouvre sa saison avec WELTANSCHAUUNG, un moment de théâtre tout particulier, un triomphe en Avignon...

     

    FLASH

     

    Descente sur le centre-ville,  à trois pas de la célèbre place de Brouckère , à deux pas de la rue Neuve , une autre place , historique , détruite ,  reconstruite , éternellement en travaux bientôt terminés : place des Martyrs  et faisant face  à la crypte funéraire , un théâtre baptisé bien entendu  LE THEATRE DE LA PLACE DES MARTYRS.

    Alceste, accompagné de Philinte, Célimène, Oronte, Arsinoé franchissent les portes du  théâtre, s’y installent et discutent un brin moliéresque  qui devient bien vite une vive dispute...

    L’auteur me prie de vous rappeler son œuvre : LE MISANTHROPE !

     

    « Je mens ! Tu mens ! »

    Ne cherchez pas chez Molière, c’est du «  Susann Heenen-Wolff »  mais toujours dans le même lieu...

     

    FLASH

     

    Préparez-vous  à passer vos nuits rue de la Loi, face aux bâtiments où se réunissent  les politiciens...C’est un théâtre ancien mais ô combien  moderne dans lequel vont se dérouler   les mille et une nuits inspirées de contes traditionnels. Vous pouvez faire confiance à Dominique Serron !

     

    FLASH

     

    Le théâtre du Rideau de Bruxelles déménage une nouvelle fois en s’installant pour une courte période dans un autre théâtre : POEME  2, rue d’Ecosse n° 30.

    Au départ, un festival (décidément, cela continue pour moi les festivals) :

    RRRR FESTIVAL  avec quatre pièces : (dans le désordre) TARZAN  - SEULS AVEC L’HIVER- LE PIRE TROUBLE DES CHOSES – MAGNIFICO  et de nombreuses lectures. Un festival innovateur !

     

    FLASH

     

    Bois de la Cambre. Il y fait bon se promener et  faire une halte au THEATRE DE POCHE, Chemins du Gymnase, numéro 1a.Une belle découverte avec la pièce de Dennis Kelly ORPHELINS...

    Le Théâtre de Poche est un théâtre d’exception et en plein bois, c’est génial !

     

    FLASH  FLASH  FLASH  FLASH

     

    D’autres lieux...D’autres découvertes...D’autres plaisirs ... Dans les heures à venir...

     

    « Qu’en un lieu, qu’en un jour, un  seul fait accompli

        Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli » (Boileau-Despreaux)

     

    Merci de votre attention.

     

    Roger Simons.


     

    Lien permanent
  • GIL DIONISIO

     

     Amis du blog, ce nom qui apparaît au titre ne vous dit probablement pas grand chose .Vous allez  le découvrir par l'intermédiaire de Paul Freitas dont vous voyez souvent le nom affiché en fin de note pour ses photos et videos. Ce que vous devez savoir , c'est que Paul est belgo portugais , né en Belgique, devenu  artiste peintre. Retourné à Lisbonne pour y passer ses vacances, il a rencontré ce Gil Dionisio, et du coup, il l'a interviewé.Paul nous propose  son reportage pour " les feux de la rampe "

    Comme on le dit en radio : " Ici Bruxelles , à vous Lisboa ! A toi Paul , bon dia.

     

     

     

     

    IMG_1671.JPG

                             Un être à part , GIL DIONISIO , doué d'une créativité exceptionnelle.

         

    Pour vous en convaincre écoutez ceci : du violon, aux bruits, aux sons électriques, distordus, amplifiés.

    https://soundcloud.com/gildionisio/i-good-morning-iossif

    Ses bases musicales sont le jazz .

    Parti en Roumanie , il a apprit en autodidacte à jouer du violon ou plutôt à vibrer avec son instrument ,et avec lui à sortir de sa voix le cri originel de sa musique , sauvage , sophistiquée , sensuelle , abstraite et contemporaine.

    Ses influences viennent du free-jazz, de la musique expérimentale , tziganes , arabes et de diverses  ethnies . Une musique abrupte, mélodique, expressive ...un état d'âme à ne rater sous aucun prétexte. .Un vent de liberté qui vous entraînera vers d'autres horizons...

    Ici , il se produit dans le cadre du festival AoGosto qui a eu lieu à Intendente ,quartier populaire de Lisbonne où ont été invités d'autres artistes  : ceux du  théâtre ,de la danse ,de  performance , vidéo, musique, installation, photographie, cinéma et arts plastiques.

     

     

    http://cargocollective.com/gildionisio

    http://cargocollective.com/gildionisio/a-SOLO

    http://cargocollective.com/gildionisio

     

    Interview :

     

    Désolé pour cette interview qui est en portugais mais dont le contenu se retrouve en français dans les quelques lignes plus haut.

     

    Paul Freitas

    (crédit/photo,vidéo : Paul freitas)


    Intéressant ce reportage. Merci Paul .

    J'aime le Portugal. Je m'y suis rendu souvent pour faire des émissions en duplex Bruxelles Lisbonne, pour y rencontrer des artistes , comédiens ou musiciens. J'ai rencontré  il y a de cela de nombreuses années l'extraordinaire  déesse du fado  : Amalia Rodrigues.  Quelle femme étonnante.

    J'ai voyagé un peu partout au Portugal mais plus particulièrement en Alentejo , une région cher à mon coeur. Evelyne Bertiau , ex-monteuse-film,   à la RTBF et moi , avons  réalisé  un programme   d'une heure trente sur cette région destiné aux conférences " Voir le Monde "! Peut-être l'avez-vous vu dans votre région ! Des moments merveilleux fixés sur mon disque dur.






    Muito obrigado Amalia !


    Roger Simons







    Lien permanent