HORS CHAMP (THEATRE NATIONAL ) REPUBLICATION

 

J’hallucine ? Je rêve ? Je vois des tas d’images projetées sur grand écran...Des images de guerre,  des images douloureuses...J’entends de la musique fracassante...

J’hallucine ? De jeunes femmes  apparaissent et se mettent à danser...Des hommes surgissent...Des voix lointaines se font entendre... Des cris aussi...Je rêve ou j’hallucine...

Sont-ce des illusions ?

Copy Sergine Laloux - Hors Champ 3.jpg

THEATRE NATIONAL

 

HORS CHAMP/ MICHELE NOIRET

 

« J’hallucine ! » Cette réflexion que se fait souvent la chorégraphe est à l’origine de sa nouvelle création mi- théâtre,  mi- cinéma !

Une danse cinéma pour 5 danseurs et 1 cameraman !

 

Conception : Michèle Noiret et Patric Jean

Chorégraphie : Michèle Noiret.

 

Michèle Noiret (chorégraphe/conceptrice) : On peut définir ce concept comme un entre deux , entre réalité et fiction , entre rêve et éveil, ce va-et-vient perpétuel qui est au cœur de «  Hors Champ ».

 

En fait, c’est la poursuite  d’une recherche depuis longue date par Michèle Noiret sur l’intégration de l’image au spectacle vivant : la scène !

 

Michèle Noiret : Je voulais aller plus loin encore dans ce travail. L’idée est de réinventer une écriture, un langage qui inclue les deux univers. Ce n’est pas toujours chose aisée car les codes du cinéma sont différents de ceux de la scène.

Mais l’image permet d’enrichir énormément la création surtout quand  elle-ci utilise peu de mots. Elle élargit le plateau, transforme les perspectives, révèle les émotions.

 

Emotion ?  L’émotion, je la ressens  vraiment quand je vois – en live -  les  danseurs/danseuses sur le plateau du théâtre.  Ca vit !  Leurs corps et leurs  mouvements  sont en osmose  avec le public. Elles sont là, présentes avec leur sueur et leur respiration... Filmées, c’est différent !

 

image001.jpg

 

 

UNE CREATION ... « HALLUCINANTE » 

 

Le travail d’allers-retours incessants entre  les évolutions des danseurs filmés en permanence par un cameraman sur la scène et les images projetées sur des écrans de cinéma et sur les décors amovibles. Cela ne s’était jamais fait !

 

Michèle Noiret : Nous avons reconstitués sur scène des morceaux de pièces d’habitations réelles , de vrais décors de cinéma avec des failles secrètes débouchant sur une autre réalité : l’arrière du décor , brut , inachevé. Ainsi les danseurs passent-ils d’une pièce à l’autre par écran interposé  et l’illusion s’installe.

 

On se demande ce qui est filmé et envoyé sur écran ou si c’est du  direct. Difficile à détecter. Qu’est-ce  qui est vécu,   réel ou filmé ?

 

Michèle Noiret : C’est le «  Hors Champ » du titre. Il s’agit d’ajouter de l’espace à l’espace scénique, d’agrandir la boîte noire du théâtre, d’aller ailleurs pour y revenir.

Je vous dirais que c’est le fruit d’un travail passionnant parce que très déstabilisant pour chacun d’entre nous...

 

Pour nous aussi, les spectateurs ! Troublés également par cette musique très cinéma, bousculante, composée par Todor Todoroff (Premier Prix et Diplôme supérieur en composition électroacoustique)

 

Le son est très important.

 

Michèle Noiret : Absolument. Et  omniprésent. Il  agit  sur les moments d’émotions nés des évolutions des danseurs. Sa conception englobe brillamment l’image et les ressorts cinématographiques, sans jamais rien perdre de la vie qui anime le plateau.

 

(null).jpg

 

Une effervescence bouillonnante  et constante sur ce plateau partagé entre  le théâtre  et le cinéma, tous deux enrobés de danses.

C’est nouveau !  C’est  « hallucinant », déconcertant mais passionnant. Une véritable prouesse visuelle et poétique !

 

Michèle Noiret : C’est l’essence du travail chorégraphique.

« HORS CHAMP » n’en oublie jamais de rester à hauteur d’Homme, au gré des émotions distillées par les  cinq   « personnages chorégraphiques » qui font vivre le plateau.

La danse, avec beaucoup de travail visuel et sonore  peut révéler des sentiments universels  mais tellement enfouis qu’il est très difficile de les dire et de les réduire à des mots.

Sans les mots, le sens de ce que l’on voit et la signification des images restent aussi très ouverts : il faut de l’intuition et des convictions pour tenter de serrer au plus près ces  choses impalpables.

 

Il est bien difficile de  faire état du scénario imaginé par Michèle Noiret.  C’est un peu comme  ce que l’on voit à la télé ou sur l’internet.  Là aussi, on se dit qu’on hallucine !

Le décodage est difficile. Une rumeur devient réalité en quelques secondes et donne naissance  à une réalité-fiction.

Tout se mélange !

 

Michèle Noiret : Avec  mon collaborateur Patric Jean, cinéaste, nous avons  voulu que des liens de plus en plus étroits se tissent entre le spectacle vivant, la chorégraphie en particulier et l’image filmée.

Le spectateur est plongé dans un univers multidimensionnel où la diversité des points de vue fascine.

Cette « danse cinéma » que j’explore depuis des années et qu’il me plaît aujourd’hui d’encore réinventer, est un formidable outil pour révéler la complexité du caractère infini des êtres et de leur relation au monde.

Pour entrer dans cette «  réalité fiction », la danse, le langage des corps et la présence ambiguë de sept individus nous entrainent dans un périple labyrinthique qui pourrait aussi être regardé comme la métaphore d’un paysage mental : « un film en train de se construire sous nos yeux... »

 

C’est exactement ce que je pense !

« J’hallucine » ! Très lucide  par contre pour  complimenter les cinq danseurs/danseuses :

Juan Benitez, Filipe Lourenço, Isael Mata , Marielle Morales, Lise Vachon   filmés à travers tout le spectacle par le caméraman plateau : Vincent Pinckaers.

Films : Patric Jean

Composition musicale originale : Todor Todoroff

Scénographie : Sabine Theunissen

Lumières : Xavier Lauwers, Marc Lhommel , Ludovic  Desclin

Video : Benoit Gillet

Son : Vanessa Court

Construction des décors et confection des costumes : Ateliers du Théâtre National/Bruxelles

Photographie : Sergine Laloux

 

 

Hors Champ.jpg

 

 

HORS CHAMP / MICHELE  NOIRET

 

L’enjeu de cette nouvelle production est de développer , en collaboration avec le cinéaste Patric Jean , une recherche sur l’imbrication de l’image filmée dans la chorégraphie , et d’approfondir les liens entre spectacle vivant , chorégraphie et cinéma sur le thème : «  UNE REALITE HALLUCINATOIRE ? »

 

THEATRE NATIONAL

Boulevard Emile Jacqmain  111/115 – 1000  Bruxelles

Infos Réservation :  02 / 203 53 03

 

« HORS CHAMP » 

Du mardi au samedi à 20h30

Jusqu’au 17/01/15

 

Bruxelles est une ville étonnante sur le plan de la Culture avec  ses nombreux théâtres de styles tellement différents.

Ainsi ,  ces deux spectacles du Théâtre National programmés, joués, dansés, filmés : « Hors Champ »  dans la grande salle, et trois étages plus haut  , dans la salle du studio :RESSACS

Deux  spectacles diamétralement opposés !

Soyez curieux et allez  les voir tous deux...

Amis de l'émission/blog " Les Feux de la Rampe " , merci pour votre attention et votre fidélité.

On se retrouve dans les minutes à venir avec  " RESSACS "

A tout de suite...

 

Roger Simons

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien permanent

Commentaires

  • Hors de portée est le nouveau drame réalisé par le célèbre artiste de théâtre Michèle Noiret. Contrairement à ses autres œuvres, celle-ci raconte l'histoire de cinq danseurs. Il y aura de nombreux numéros de danse dans ce drame. Merci pour le partage d'un rapport à ce sujet.

Les commentaires sont fermés.